AccueilLa LettreLettres du Bénin

1er octobre 2020.

“Tôgblé” ou quand la jacinthe d’eau dicte sa loi

Lettre du Bénin 44
Le cas de la lagune de Porto-Novo, capitale du Bénin

Comme chaque année à partir du mois de septembre, les jacinthes d’eau envahissent massivement la lagune de Porto-Novo comme pour attirer l’attention sur les changements que connaissent les écosystèmes aquatiques en général et celui de la capitale béninoise en particulier. Ces transformations spectaculaires, tout le monde les regarde de manière récurrente dans une indifférence déconcertante. On ferait bien cependant d’écouter la « voix verte » de cette abondante recrudescence de végétation et de s’interroger sur ce qu’elle dit de la santé des plans d’eau et de celle de leurs riverains [1].

JPEG - 122.7 ko
Denses et compactes, les jacinthes d’eau étouffent les autres végétaux
et font reculer la diversité biologique du milieu aquatique.

Cela revient chaque année lors du dernier trimestre et disparait au premier trimestre de l’année suivante : de robustes jacinthes d’eau, agglutinées les unes aux autres, envahissent massivement les plans d’eau. Une grande partie de la surface de la lagune de Porto-Novo [2] disparaît sous une grosse épaisseur inerte et compacte de végétation. C’est qu’elle subit de façon saisonnière les influences de deux milieux de salinités différentes : d’une part le complexe fluvio-lagunaire d’eau douce situé à l’ouest ; d’autre part, à l’est, les eaux saumâtres amenées par la mer.

De septembre à novembre, la lagune se gonfle des eaux de pluie et de ruissellement, et des eaux douces en provenance du lac Nokoué proche de Cotonou. Son degré de salinité baisse alors d’une manière spectaculaire. Cela profite aux jacinthes d’eau dont les structures se gonflent elles-mêmes de molécules d’eau : telle une armée d’occupation, elles se rendent vite maîtresses des lieux et prolifèrent sur les plans d’eau. Elles se regroupent en un immense tapis vert se mouvant très lentement au gré des flots. Dès que ce tapis se heurte au moindre obstacle, il ralentit, l’entraîne avec lui quand c’est possible, ou alors s’immobilise : son inertie croît au point de le rendre résistant à la force du vent. Une vraie force tranquille de la nature !

JPEG - 160.8 ko
Le blocage du passage de l’ouest à l’est de la lagune a lieu sous le vieux pont à gauche.

C’est le cas à l’entrée du pont de Porto-Novo : l’armature métallique du vieux pont, fermé à la circulation, fait barrage à cette immense forteresse de verdure et empêche toute circulation fluviale, dans les deux sens, sur plus de 300 mètres et plus de dix hectares. En clair : la végétation dicte sa loi à tout le monde. Finies les activités de pêche et les mouvements de pirogues et autres embarcations.

Commencent alors les complaintes des populations de pêcheurs : « tôgblé », « le plan d’eau est gâté, la pêche est impraticable ». Le blocage de la voie fluviale n’est en soi qu’un évènement dans l’évènement. Ce phénomène de l’invasion massive des plans d’eau est récurrent, il ne date pas d’aujourd’hui. Il n’est pas propre non plus à la lagune de Porto-Novo, il a lieu sur la plupart des cours et plans d’eau douce. Lorsque le degré de salinité remonte sous l’influence de l’eau de mer, les jacinthes dépérissent, meurent et se décomposent au fond de l’eau qui devient fétide : on assiste alors à l’eutrophisation du plan d’eau et à l’asphyxie de ses espèces aquatiques. L’eau de la lagune est également disqualifiée pour les usages courants, la consommation ou la baignade par exemple.

JPEG - 93.8 ko
Les jacinthes d’eau ont proliféré de façon spectaculaire et bloqué la voie fluviale.

Quelles solutions ?

Mais d’où viennent ces jacinthes d’eau ? que cherchent-elles sur les plans d’eau douce ? quel est leur avenir dans ce milieu aquatique ? De toute évidence, c’est une végétation exotique aux plans d’eau du Bénin. Si on ignore leur provenance précise, on sait avec exactitude qu’elles représentent un bon indicateur biologique de la pollution des plans d’eau douce. Les eaux usées non traitées en provenance des différents bassins versants charrient des résidus d’intrants agricoles, des déchets organiques et minéraux qui sont de précieux aliments qui font vivre et proliférer ce type de végétation. Tant que ces eaux usées pollueront les plans d’eau, les jacinthes ont de beaux jours devant elles et les milieux aquatiques, si indispensables à la vie, vont finir « étouffés ». Irréversiblement dégradés.

JPEG - 151.7 ko
Une "péniche" venant du Nigéria vers le Bénin, prise au piège des jacinthes d’eau.

Les populations de pêcheurs ont quant à elles trouvé leur solution : la lutte mécanique. Cela consiste à lever une armée de jeunes gens vigoureux. Munis de coupe-coupe et de haches, ils se ruent à l’assaut des jacinthes, coupent les végétaux indésirables, dégageant des voies de passage. Mais les jacinthes d’eau ne sont choses dont on se débarrasse aussi facilement. La lutte mécanique est fastidieuse et sur le long terme se révèle peu efficace.

L’État et les instituts de recherche ont tenté la lutte biologique : le travail de destruction est alors confié à une bactérie qui « bouffe » la jacinthe d’eau dans l’œuf. Mais elle n’arrive pas à suivre la cadence des plantes qui croissent et se multiplient plus vite qu’elle. La lutte biologique ne progresse que très lentement et les chances de succès, à mon avis, sont négligeables, sinon nulles.

Quant à une possible lutte chimique, elle n’est pas envisagée car elle risquerait de détruire non seulement les jacinthes d’eau, mais aussi toute la faune et la flore aquatiques, sans parler des effets néfastes sur la qualité des eaux. Il existe cependant d’autres moyens de lutte qui ont fait leurs preuves en Europe par exemple contre d’autres proliférations végétales. Cela commence par le contrôle de l’utilisation des intrants agricoles, des détergents, des lessives dans les ménages et leur élimination progressive des eaux usées. Dans les pays riches, le recours aux stations de traitement et d’épuration des eaux usées avant leur déversement dans le milieu naturel a permis de restaurer la qualité les eaux. Une affaire de gros sous et de haute technologie !

Une ressource pour le développement

JPEG - 96.6 ko
La lutte à la main est inégale :
l’issue en est connue d’avance.

Toutefois les pays du Sud ont à leur portée des solutions bien moins coûteuses, à la portée de leurs bourses, et prometteuses en termes de nouveaux biens et services. Il leur faut investir dans la recherche pour valoriser, transformer et utiliser la jacinthe d’eau en matériaux utiles en maints domaines de la vie socio-économique : fabrication de papier, de paniers et de sacs ou autres objets artisanaux ; production de fibres et de tissus ; production de fourrage et de litières pour animaux ; production de charbon, de biogaz et de biocarburants ; aménagements de routes et de bâtiments de génie civil, etc. [3]

Les jacinthes d’eau, cette peste de déchets végétaux encombrants, pourraient devenir une véritable ressource pour le développement : cours d’eau et lagunes s’en porteraient beaucoup mieux. Et les habitants de Porto-Novo aussi.

Texte : Bernard Capo-Chichi,
Photos : Eric Michowanou
Porto-Novo (Bénin)

- Lire les autres Lettres du Bénin >



Notes

[1Sur ce même sujet, voir aussi dans aqueduc.info la Lettre du Bénin n°38 : La lagune de Porto-Novo comme on ne l’avait jamais vue jusqu’ici, rédigée par Bernard Capo-Chichi à l’occasion de la Journée mondiale des zones humides du 2 février 2016.

[2La Lagune de Porto-Novo est une voie de navigation fluviale entre les villages lacustres du Sud-Bénin mais aussi entre ces villages et des villes et villages du sud-est du Nigéria. Cette frontière naturelle, en période de fermeture des frontières terrestres (ce qui est le cas en ce moment en raison de la pandémie de Covid-19) est une voie de transit très fréquentée pour la fraude de marchandises entre les deux pays. À noter aussi que la Lagune de Porto-Novo forme avec la Basse Vallée de l’Ouémé et le Lac Nokoué proche de Cotonou une vaste zone humide de plus de 650’000 hectares protégée par la Convention de Ramsar depuis janvier 2000.

[3Voir, à ce propos la très intéressante note technique Contrôler la prolifération des jacinthes d’eau et les utilisations possibles publiée par Practical Action. Cette ONG de coopération au développement a été fondée par l’économiste britannique d’origine allemande Fritz Schumacher (1911-1977), auteur en 1973 du célèbre ouvrage (et slogan) Small is beautiful - Economics as if People Mattered, publié en français sous le titre : Small is Beautiful. Une société à la mesure de l’homme. Les activités de cette organisation basée au Royaume-Uni reposent sur l’idée que l’amélioration des conditions de vie des populations pauvres passe d’abord par la mise en œuvre de techniques locales traditionnelles et de technologies « à visage humain ».

Infos complémentaires

La jacinthe d’eau (Eichhornia crassipes)

JPEG - 81.6 ko
Photo Gabriela Ruellan/Wikimedia CC

Cette plante monocotylédone, dite aussi camalote, fait partie de la famille des Pontédériacées, vraisemblablement originaire d’Amérique du Sud et plus particulièrement de la cuvette amazonienne. On la trouve aujourd’hui dans plus de 50 pays des cinq continents. Sa croissance est extrêmement rapide et sa population peut doubler en une douzaine de jours. Même si elle est parfois choisie pour l’ornementation de petits plans d’eau, il faut savoir que l’Union mondiale pour la nature (UICN) et d’autres instituts spécialisés l’ont classée dans la liste de la centaine d’espèces exotiques envahissantes les plus néfastes. La jacinthe d’eau ne doit pas être confondue avec la jacinthe *ordinaire" (Hyacinthus), cette plante décorative bien connue des fleuristes qui, originaire d’Asie, appartient à la famille des Asparagacées.

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information