AccueilRessourcesDans les livres

10 août 2016.

"Dans les abysses du Léman"

Retour sur une exploration sous-lacustre

Ouvrage collectif sous la direction d’Ulrich Lemmin.

Au cours de l’été 2011 et dans le cadre d’un projet scientifique interdisciplinaire baptisé elemo - Exploration LEManiques O "eaux" - des chercheurs suisses et internationaux se sont aventurés à bord de deux sous-marins russes MIR dans les parties les plus profondes du lac, « l’abysse ».

JPEG - 96.8 ko
Le sous-marin MIR-1
Le sous-marin MIR-1 lors de sa mise à l’eau en 2011
(Photo EPFL © Jean-Marc Blache)

Patrick Aebischer, président de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) qui a coordonné le projet, note dans sa préface de l’ouvrage que ce programme de recherche, grâce aux submersibles russes, avait pour but "de mieux comprendre la dynamique des courants lacustres, le cycle de vie des polluants, la microfaune des fonds sédimentaires et, plus généralement, l’état de santé du plus grand lac alpin.

Plongés au coeur de leur objet d’étude, au propre comme au figuré, ils ont pu explorer comme jamais les particularités de cet écosystème sous forte pression humaine. À l’image du naturaliste, ils ont pu collecter des échantillons, improviser lorsqu’apparaissait une curiosité à travers les hublots, quadriller le terrain avec une précision inégalée, et dans les trois dimensions !"

Ce livre, relève de son côté Frederik Paulsen, protagoniste financier et logistique du projet, "offre un premier diagnostic sur la santé de ce sublime plan d’eau. Pour l’instant, le constat n’apparaît pas alarmant, mais il faut rester vigilant et traiter certains symptômes inquiétants". D’autant que le Léman est le plus grand réservoir d’eau douce d’Europe occidentale et une source principale d’eau potable pour ses centaines de milliers de riverains.

Les chercheurs du projet elemo ont appliqué le concept "de la source au puits", en se focalisant, côté sources, sur les masses d’eau amenées par le Rhône et sur les arrivées d’eaux traitées par la station d’épuration de Vidy à Lausanne, et côté puits, sur la région des eaux lémaniques profondes (partie est du lac).

Parfois, lit-on dans la présentation du projet, "ces masses d’eau contiennent des polluants et/ou des sédiments qui vont se mélanger avec les masses d’eau du lac, et être transportées, dispersées et déposées dans le Léman. Les trajectoires des eaux sources et le sort de leur contenu ont été suivis à travers le lac. Un chemin qui s’est révélé long la plupart du temps, et dont la destination ’finale’ reste encore inconnue aujourd’hui."

Il importe en effet de garder à l’esprit qu’un lac est vivant et que ses eaux doivent circuler "tout comme le sang circule dans le corps humain". Et comprendre comment les eaux (mais aussi les sédiments et les polluants) se déplacent dans un lac de la grandeur du Léman est un pari difficile puisqu’il faut prendre en compte les actions et les interactions complexes et simultanées de phénomènes comme la force des vents, les variations de température de l’eau, les effets de la rotation de la Terre, etc.

Loin d’épuiser le sujet ni l’abondance des données recueillies lors des 96 immersions de l’été 2011, cet ouvrage à la rédaction duquel a collaboré une vingtaine de chercheurs retrace quelques-unes des expériences emblématiques de ces plongées scientifiques dans les profondeurs du Léman, plus de trois décennies après celles de l’illustre Jacques Piccard à bord du sous-marin de poche F.A.-Forel.

Au sommaire (extraits) :

- De Forel à elemo : origines de la limnologie et voyage à la découverte des mystères du Léman
- Les sous-marins MIR 1 et MIR 2
- Mouvements des masses d’eau
- Les canyons du delta du Rhône et leur dynamique sédimentaire
- Sédiments et structures sédimentaires
- Microbiologie
- Le méthane, l’autre gaz à effet de serre
- Les micropolluants dans la baie de Vidy : source, propagation et impacts potentiels
- Découverte de l’épave d’un chaland
des Usines de la Paudèze par MIR.


CouvertureDans les abysses du Léman
Ouvrage collectif publié sous la direction d’Ulrich Lemmin
Presses polytechniques et universitaires romandes www.ppur.org
Lausanne, 2016, 238 pp.




Mots-clés

Glossaire

  • Bief

    À l’origine, ce mot désignait un canal de dérivation amenant les eaux d’un cours d’eau vers une installation hydraulique (roue à aubes de moulin, turbine hydroélectrique, etc.) ou vers des ate-liers utilisant l’énergie hydraulique (usines de tissage, scieries, etc.). Par bief, on entend aussi aujourd’hui une section de cours d’eau entre deux chutes ou d’un canal de navigation entre deux écluses.

Mot d’eau

  • Eaux usées

    "Dans un monde où la demande en eau douce augmente sans cesse, et où les ressources en eau limitées subissent de plus en plus des contraintes du fait de la surexploitation, de la pollution et des changements climatiques, il est tout simplement impensable de négliger les opportunités qu’offre l’amélioration de la gestion des eaux usées." (Irina Bokova, Directrice générale de l’UNESCO, Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau 2017)


Contact Lettre d'information