AccueilLe site

10 octobre 2016.

Édition et rédaction

aqueduc.info est un site personnel, édité à Genève (Suisse), (...)

aqueduc.info est un site personnel, édité à Genève (Suisse), indépendant aux plans rédactionnel et financier, et exclusivement dédié à des informations d’actualité concernant le domaine de l’eau douce.

ÉDITION ET RÉDACTION DU SITE
Bernard Weissbrodt, journaliste suisse à la retraite, ancien collaborateur de Radio Suisse Internationale / swissinfo dont il a été durant plusieurs années le correspondant permanent auprès des Nations Unies à Genève. A également travaillé en Afrique, notamment dans des activités de radio rurale en République démocratique du Congo et en Guinée-Conakry.

LA LETTRE DU BÉNIN
Bernard Capo-Chichi, originaire de Savalou, dans le département béninois des Collines, a longtemps travaillé à l’Institut de mathématiques et de sciences physiques de Porto-Novo, comme enseignant et conseiller pédagogique de formation. Aujourd’hui à la retraite, il consacre une bonne part de son temps à la sensibilisation aux défis de l’eau et de l’écologie.

PHOTOS-TITRES
Alain Gualina, photographe français, vit dans les Alpes de Haute Provence. Il est l’auteur notamment de « Éloge de l’eau », une ressource dont il dit que la première qualité est sa fragilité, "ce qui fait d’elle aussi la plus belle des matières et des expressions de la vie". > www.alaingualina.fr

DÉVELOPPEMENT DU SITE
Creation-SPIP.ch, branche multimédia de l’Audacieuse-Galerie.ch,
Carouge (Genève).

SYSTÈME DE PUBLICATION
SPIP


- Les contenus originaux du site aqueduc.info (textes et images)
sont sous licence CC BY-SA



Mots-clés

Mot d’eau

  • L’eau des Kennedy

    Celui qui pourra résoudre les problèmes de l’eau méritera deux Prix Nobel : un pour la paix et un pour la science. (John F. Kennedy) - Nous sommes témoins de quelque chose d’inédit : l’eau ne coule plus vers l’aval, elle coule vers l’argent. (Robert F. Kennedy)

Glossaire

  • La clepsydre

    C’est, comme le sablier, l’un des plus anciens instruments de mesure du temps qui passe. Il s’agissait le plus souvent d’un vase conique, percé d’un trou à sa base, laissant s’écouler l’eau goutte à goutte. Comme sa face interne comportait des graduations horaires, il suffisait d’observer le niveau de remplissage pour savoir combien d’heures s’étaient écoulées depuis le coucher du soleil.


Contact Lettre d'information