Accueil

Clins d’eau



Variations en Lac Majeur

Le Lac Majeur (Lago Maggiore ou Verbano en italien), avec une superficie de 212 km carrés et un volume de 37 km cubes, est - après le Lac de Garde - le deuxième plus grand des lacs du versant sud (...)
Lire la suite

Lochs d’Écosse

En Écosse et en Irlande, le "loch", mot d’origine celte, désigne un lac, voire un estuaire marin. Les images présentées ici se rapportent aux six plus importants lochs d’eau douce (...)
Lire la suite

Sur les traces de l’aqueduc nyonnais

Pendant une année, du 19 mai 2017 au 3 juin 2018, le Musée romain de Nyon (Vaud, Suisse) propose une exposition - Ça coule de source - dédiée aux histoires d’eau de l’antique colonie Julia Equestris et (...)
Lire la suite

Le Pô, du Piémont à l’Adriatique

De par sa longueur (652 kilomètres), son débit (jusqu’à 10’000 m3/s près de Ferrare) et la dimension de son bassin (71 057 km2, soit un quart de la superficie du pays), le Pô est le plus important des (...)
Lire la suite

AQUA - Art for the World

Reflets de l’exposition AQUA - Les artistes contemporains et les enjeux de l’eau. ART for The World, Genève, du 23 mars au 2 juillet 2017. (Images extraites du dossier de presse) Voir la (...)
Lire la suite

Confluence lyonnaise

Au confluent du Rhône et de la Saône, au sud de la Presqu’Île de Lyon (France) Photos aqueduc.info Localiser le confluent sur OpenStreetMap >
Lire la suite

Mots-clés

Agenda

Mot d’eau

  • Le Lac

    “Si près qu’ils approchent du lac, les hommes n’en deviennent pas pour ça grenouilles ou brochets. Ils bâtissent leurs villas tout autour, se mettent à l’eau constamment, deviennent nudistes… N’importe. L’eau traîtresse et irrespirable à l’homme, fidèle et nourrissante aux poissons, continue à traiter les hommes en hommes et les poissons en poissons. Et jusqu’à présent aucun sportif ne peut se vanter d’avoir été traité différemment”. (Henri Michaux, "La nuit remue", 1935)

Glossaire

  • Limnologie

    Père de la limnologie (du grec "limné", lac, étang), le savant suisse François-Alphonse Forel (1841-1912) parlait d’elle comme de "l’océanographie des lacs". Il la définissait comme la "science des eaux continentales, des eaux stagnantes réunies dans des bassins limités et profonds, qui ne sont ni des fleuves ou rivières, ni des marais ou étangs, ni des eaux souterraines". Aujourd’hui, cette discipline a pris le sens plus large d’étude de tous les aspects écosystémiques des lacs et des grands réservoirs naturels d’eau douce à ciel ouvert.


Contact Lettre d'information