AccueilLa Lettre

Lettre du Bénin

Reportages de Bernard Capo-Chichi


Bernard Capo-Chichi, originaire de Savalou, dans le département béninois des Collines, a longtemps travaillé à l’Institut de mathématiques et de sciences physiques de Porto-Novo, comme enseignant et conseiller pédagogique de formation. Aujourd’hui à la retraite, et toujours amoureux de la culture de la tradition vaudoun, il continue de consacrer une bonne part de son temps à la sensibilisation aux défis de l’eau et de l’écologie. Et à faire part régulièrement de ses observations dans aqueduc.info.

PDF - 778.1 ko
LETTRES DU BÉNIN
2007-2011
Dossier (41 pg)

Voir aussi :
- Ces pluies qui libèrent les énergies
- Pour une politique audacieuse et efficace de l’eau en Afrique


Le Lac Sré, utile et fragile

Lieu de vie et bijou touristique à moins de 120 km de Porto-Novo, le Lac Sré vit au rythme des crues et décrues du fleuve Ouémé, une force de la nature. De par sa position géographique, c’est un (...)
Lire la suite

Tohouès, entre crues et décrues du Grand Ouémé

Ouinhi, dans le sud-ouest du Bénin, est l’un des plus grands marchés vivriers du pays. Non loin de là, Tohouès, que l’on peut littéralement traduire par "pays de l’eau", et les sept villages qui forment (...)
Lire la suite

Quand l’école manque d’eau potable …

Igbola est un village de la commune de Sakété, à une soixantaine de kilomètres au nord-est de Cotonou, non loin de la frontière nigériane. Il possède une coquette "école de brousse", avec un effectif (...)
Lire la suite

La lagune de Porto-Novo comme on ne l’avait jamais vue jusqu’ici

À l’occasion de la Journée mondiale des zones humides du 2 février 2016, Bernard Capo-Chichi livre les réflexions que lui inspire la vue de la lagune de Porto-Novo dont la surface de l’eau est (...)
Lire la suite

Entourés d’eau mais privés d’eau potable

Pour cette nouvelle Lettre du Bénin, Bernard Capo-Chichi a choisi de descendre des hauteurs des collines, devenues proverbiales quant à la précarité de l’eau potable, pour rejoindre le niveau zéro de (...)
Lire la suite

La mare aux silures sacrés de Gobada

C’est "la grand-mère du village", "elle était là avant tout le monde", elle a vu naître tous les enfants du lieu et leur a offert de l’eau pour qu’ils prospèrent. Elle, c’est la mare aux silures sacrés (...)
Lire la suite

L’eau dans la culture béninoise

Les usages de l’eau dans les foyers comme dans l’agriculture, l’artisanat et l’industrie, la placent au cœur de la vie quotidienne. Les diverses représentations qu’en donnent les civilisations, en (...)
Lire la suite

La précarité de l’eau, préoccupation permanente

Le département des Collines, au centre du Bénin, est sans doute celui où l’eau reste le plus problématique des problèmes. L’eau tirée des nappes souterraines se caractérise par sa dureté et les eaux de (...)
Lire la suite

"Hunlègbatô", forage divin

La quête de l’eau en saison sèche est un souci quotidien dans une grande partie du Bénin, en ville comme en milieu rural. Dans le Département des Collines, la question se pose avec une plus grande (...)
Lire la suite

L’indésirable déferlante des eaux pluviales

Au Bénin, et sans doute aussi ailleurs en Afrique, l’imminence des pluies et de leur ruissellement suscite à chaque fois beaucoup d’appréhensions. C’est que, mal ou nullement gérées, les eaux pluviales (...)
Lire la suite

Mots-clés

À paraître

Glossaire

  • Débâcle

    Dislocation soudaine de la couverture de glace d’un cours d’eau dont les blocs sont alors emportés rapidement par le courant. Lorsqu’il s’agit de la rupture d’une barrière naturelle de glace formant une retenue d’eau, on parle alors de vidange brutale de lac glaciaire (connue sous l’acronyme anglais de GLOF, “Glacial lake outburst flood”). Dans les deux cas, ce phénomène peut entraîner de graves inondations, voire des catastrophes.

Mot d’eau

  • « Et tous ces gens
    dans l’eau ... »

    “Je pense toujours à cette rivière quelque part, avec cette eau qui coule vraiment vite. Et tous ces gens dans l’eau, qui essaient de se raccrocher les uns aux autres, qui s’accrochent aussi fort qu’ils peuvent, mais à la fin c’est trop difficile. Le courant est trop puissant. Ils doivent lâcher prise, se laisser emporter chacun de son côté. Je pense que c’est ce qui nous arrive, à nous.” (Kazuo Ishiguro, "Auprès de moi toujours", 2005)


Contact Lettre d'information