AccueilInfosDossiersLe Rhône de Robert Hainard

juin 2004.

Expo : « Le Rhône de Robert Hainard »

"Entre les îles, devant les Roches, le fleuve s’en va vers le (...)

"Entre les îles, devant les Roches,
le fleuve s’en va vers le soleil
et le Fort de l’Écluse qu’on aperçoit dans le lointain."

Robert Hainard, Aquarelle, 2 octobre 1934}



Infos complémentaires

Du 19 juin au 19 septembre 2004, la Maison du Haut-Rhône de Seyssel (Haute-Savoie, France) a hébergé une exposition consacrée au Rhône tel que le voyait et l’exprimait dans ses gravures et peintures le naturaliste et artiste genevois Robert Hainard.

aqueduc.info a ouvert ses pages à Michèle Martin, étudiante en histoire de l’art, qui a conçu et réalisé cette exposition en collaboration avec la Fondation Hainard à Bernex (Genève) et la Maison du Haut-Rhône.

C’est elle qui a réuni l’essentiel des textes de ce dossier et choisi les citations et illustrations de Robert Hainard. Qu’elle en soit vivement remerciée.

Lien utile

Atelier et Fondation Hainard, Bernex

Mots-clés

Agenda

Glossaire

  • Crue, inondation

    La crue est un phénomène caractérisé par la montée plus ou moins forte du niveau d’un cours d’eau et par une nette augmentation de son débit. Elle ne se traduit pas forcément par un débordement de son lit habituel. On parle d’inondation lorsqu’une crue entraîne la submersion par un cours d’eau de son espace d’expansion naturelle (lit majeur) ou aménagé dans ce but, mais aussi des terres cultivées et des zones habitées, mettant alors en danger les riverains et pouvant causer d’importants dommages à leurs biens.

Mot d’eau

  • “Quel épouvantable désastre !”

    “Près de deux mille maisons écroulées ; sept cents morts ; tous les ponts emportés ; un quartier rasé, noyé sous la boue ; des drames atroces ; vingt mille misérables demi-nus et crevant la faim ; la ville empestée par les cadavres, terrifiée par la crainte du typhus ; le deuil partout, les rues pleines de convois funèbres, les aumônes impuissantes à panser les plaies. Mais je marchais sans rien voir, au milieu de ces ruines. J’avais mes ruines, j’avais mes morts, qui m’écrasaient.” (Émile Zola, "L’inondation", 1883.)


Contact Lettre d'information