AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2006

25 novembre 2006.

« Phréatique », de KManu Berguer

Pendant une quinzaine de jours, l’artiste vaudois KManu Berguer, a (...)

Pendant une quinzaine de jours, l’artiste vaudois KManu Berguer, a exposé à Genève, au Centre d’Art en l’Île, une installation de travaux plastiques intitulée « Phréatique », conçue comme un « questionnement sur le rapport que l’Homme entretient avec l’eau ».

Pour KManu Berguer, ce questionnement sur le bon usage de l’eau est plutôt récent. C’est quand il décida, il y a quelques années, de déménager de la ville à la campagne, et de porter davantage son regard sur les relations de l’homme avec la nature dont il s’était personnellement rapproché, qu’il fut amené à s’interroger sur les problématiques de l’eau.

L’exposition « Phréatique » s’inscrivait donc pour l’artiste vaudois dans la lignée des installations qu’il conçoit pour parler « de la manière dont l’homme appréhende son environnement naturel pour le façonner à sa guise ». Ce qu’il fait avec une bonne dose d’humour ou d’ironie, se voulant tour à tour ou tout à la fois « grave, drôle, provocateur ».

KManu Berguer fait volontiers dans le jeu de mots visuel. Avec Suez, la multinationale française très active dans les services de gestion de l’eau. L’effet de miroir, dans le reflet d’une nappe d’eau, fait apparaître le nom inversé de Zeus ! Nouveau dieu et maître universel d’une ressource naturelle qui rapporte gros ?

Ou avec les trois lettres EAU qui forment aussi les initiales des Emirats Arabes Unis, porte du désert et symbole universel de la richesse pétrolière. Idem, au second degré, avec la pêche miraculeuse qui ramène dans ses filets ces coquilles Saint-Jacques dont une société pétrolière a fait son sigle passe-partout. Détournement de sigle également dans le panneau de zone phréatique.

L’eau a un prix. Qui, respectivement libellé en dollars, euros ou livres sterling, s’affiche $€£. Le message, inscrit sur trois jerrycans, est immédiatement décodable. L’eau est en train de devenir marchandise et monnaie liquide. Inodore, comme l’argent ?

« Pour la réalisation de mes oeuvres, commente KManu Berguer sur son site, j’utilise des objets anodins de la vie de tous les jours ou alors je me base sur des concepts universels tels que mythologie ou citations proverbiales, autant d’archétypes que je détourne et façonne pour exprimer un thème particulier. L’usage de stéréotypes est intéressant pour moi car, sortis de leur contexte, ils interpellent du fait qu’ils sont familiers mais pas à leur place. »

Même si le message engagé n’est apparemment pas son but – c’est le regard qui prime et non le signal d’alarme - KManu Berguer ne peut empêcher le visiteur de faire une lecture politique de l’exposition. La référence phréatique qui la sous-tend ne peut qu’alimenter l’envie d’agir. Qu’il s’agisse d’accès à l’eau potable, de business de l’eau, de pollution ou de désertification, et au bout du compte de vie ou de mort pour des centaines de millions d’êtres humains, et pour la nature prise comme un tout, les questions indirectement posées attendent réponses. Individuelles et collectives. (bw)

Site de KManu Berguer : www.kmanuberguer.populus.org




Infos complémentaires

Phréatique

Pendant plus d’un an, des femmes de Plachimada (Inde) ont organisé des sit-in pour protester contre l’assèchement des nappes phréatiques par Coca-Cola. Il faut 9 litres d’eau potable pour faire 1 litre de Coca.

Mer Morte

Panneau de circulation indiquant, au moyen du trident de Neptune,la direction de la mer d’Aral.

Gabelle

Réservoirs d’eau. L’eau potable toujours plus rare et chère forcera peut-être les plus pauvres à boire de l’eau salée.

Images, titres et légendes de KManu Berguer

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information