AccueilRessourcesDocuments

juillet 2011.

’Notre droit à l’eau’

Un guide pratique pour mettre en oeuvre la reconnaissance par (...)

Un guide pratique pour mettre en oeuvre la reconnaissance par l’ONU du droit à l’eau et à l’assainissement

Le Conseil des Canadiens - une organisation citoyenne créée en 1985 - marque à sa manière le premier anniversaire du vote, par l’Assemblée Générale de l’ONU (28 juillet 2010), d’une résolution reconnaissant le droit humain à l’eau et à l’assainissement. Quelques semaines plus tard, à Genève, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU adoptait lui aussi une résolution renforçant celle votée à New York.

Sous la plume de sa présidente nationale Maude Barlow, le Conseil des Canadiens publie un opuscule de 24 pages intitulé « NOTRE DROIT À L’EAU : Un guide populaire pour l’application de la reconnaissance par les Nations Unies du droit à l’eau et à l’assainissement ».

Pourquoi avons-nous besoin du droit à l’eau et à l’assainissement ? Pourquoi a-t-il fallu attendre si longtemps pour l’obtenir ? Que signifient ces deux résolutions ? Quelles obligations imposent-elles aux gouvernements ? Comment le mouvement mondial de justice de l’eau devrait-il promouvoir ce droit ?

Autant de questions auxquelles Maude Barlow s’efforce d’apporter des éléments d’information à la portée de toutes celles et ceux qui, dans la société civile comme dans les institutions officielles, s’engagent pour que chaque personne de par le monde ait enfin droit à un niveau de vie digne de la condition humaine.




Infos complémentaires

JPEG - 5.6 ko

"NOTRE DROIT À L’EAU"
Un guide populaire pour l’application de la reconnaissance par les Nations Unies du droit à l’eau et à l’assainissement
par Maude Barlow,
Présidente nationale du Conseil des Canadiens

Le document peut être téléchargé sur le site du Conseil des Canadiens

Glossaire

  • Débit résiduel

    Volume d’écoulement qui subsiste après un prélèvement dans un cours d’eau (par exemple pour des besoins d’irrigation ou de production d’énergie). Maintenir un minimum de débit et de profondeur d’eau en aval d’une installation est absolument indispensable pour préserver la qualité de l’eau, assurer la recharge des nappes souterraines, protéger la faune et la flore et offrir des possibilités de loisirs. En Suisse, le débit résiduel minimal à garantir dans les cours d’eau à débit permanents est défini par la législation fédérale.

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information