AccueilInfosDossiersL’eau au rendez-vous des villes innovantes

13 octobre 2005.

"L’eau c’est la vie, l’assainissement c’est la dignité"

Du 11 au 13 octobre 2005, Genève a accueilli la première édition de (...)

Du 11 au 13 octobre 2005, Genève a accueilli la première édition de « S-DEV Geneva 05 - Villes innovantes du monde entier », avec la participation de 25 villes de tous continents. Avec pour objectif annoncé de faire connaître les meilleures pratiques et favoriser des investissements dans le « cercle vertueux » du développement durable : équilibre écologique, progrès social, interaction culturelle et dynamisme économique. Parmi la dizaine de thématiques retenues, celle de l’eau et de l’assainissement.

« S-DEV Geneva 05 - Villes innovantes du monde entier » se présente comme une « plate-forme internationale sur le développement durable urbain » . Qui plus est « transdisciplinaire et multipartenaire, stimulant le dialogue entre secteurs public, privé, associatif, international, académique ». Son premier rendez-vous, organisé à Genève du 11 au 13 octobre 2005, a rassemblé des maires, des responsables de services publics ou d’associations, des entrepreneurs, des chercheurs, des experts, des organisations internationales, etc. Via les conférences, ateliers et autres expositions, l’ambition était d’offrir aux uns et aux autres l’occasion de présenter des projets, des produits ou des services, rechercher des financements, susciter des partenariats et de nouvelles actions de coopération Nord-Sud, élargir des réseaux, etc. Bref, faire en sorte « que la vie urbaine soit une chance, et non une plaie ».

La thématique « eau et assainissement »

« Le monde affronte une crise majeure de l’eau dans les zones urbaines, accentuée par l’urbanisation rapide et la pauvreté grandissante, et sa redistribution reste très inégalitaire. Si dans le Nord l’assainissement et le traitement des eaux usées ont trouvé des solutions en partie, par contre les municipalités du Sud manquent des ressources financières et techniques pour résoudre ces problèmes, auxquels s’ajoutent le manque d’eau potable, la pollution et les inondations.

Dans ces pays, on estime à plus de un milliard les citadins pauvres dans les bidonvilles, sans accès à l’eau potable qu’ils doivent payer beaucoup plus cher aux revendeurs que les résidents des autres quartiers. Les approches se multiplient - privatisation de l’eau, construction d’égouts par les communautés mêmes, mise en place de bornes fontaines ou de latrines collectives - autour de l’enjeu principal : l’eau, bien public ou bien privé ? Les Nations Unies en ont fait un slogan : "l’eau c’est la vie, l’assainissement c’est la dignité", des questions centrales pour la santé. » (extrait du document officiel de présentation)

Les conférences

- Karachi, Pakistan : Autoconstruction et gestion de l’assainissement par les quartiers pauvres
- Mumbai, Inde : Les bidonvillois prennent en main leurs droits et leur destin
- Rufisque, Sénégal : Technologies adaptées aux pauvres pour gérer l’assainissement de leurs quartiers
- Uzice, Serbie : Une modernisation de la distribution d’eau responsabilise les services publics et les citoyens.

Les villes partenaires

Autlan (Mexique), Bâle (Suisse), Belo Horizonte (Brésil), Bobigny (France), Bogota (Colombie), Dar es Salaam (Tanzanie), Genève (Suisse), Goa (Inde), Irbid (Jordanie), Karachi (Pakistan), Koudougou (Burkina Faso), Kunming (Chine), La Havane (Cuba), Lleida (Espagne), Moscou (Russie), Mumbai (Inde), Nam Dinh (Vietnam), Nouakchott (Mauritanie), Rosario (Argentine), Rufisque (Sénégal), Uzice (Serbie), Vancouver (Canada), Växjö (Suède), Vienne (Autriche), Zurich (Suisse).


Liens

Le site de S-DEV Geneva 05
La page "eau et assainissement" du site www.s-dev.org




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information