AccueilInfosOn en parle

19 juillet 2021.

De plus en plus de lacs naissent de la fonte des glaciers alpins

Depuis la fin du petit âge glaciaire vers le milieu du 19e siècle, (...)

Depuis la fin du petit âge glaciaire vers le milieu du 19e siècle, les Alpes suisses ont vu naître quelque 1’200 nouveaux lacs et le rythme de leurs apparitions s’accélère : entre 2006 et 2016, ce sont 18 nouveaux lacs qui en moyenne se sont formés chaque année. Aujourd’hui il en existe encore près d’un millier. C’est ce que montre un nouvel inventaire réalisé par un groupe de recherche de l’Institut fédéral des sciences et technologies de l’eau (Eawag), de l’Université de Zurich et de l’Office fédéral de l’environnement.

JPEG - 118.3 ko
Le Griesseeli, non loin du col du Klausen (canton d’Uri). (Photo : Nico Mölg, Eawag)

Lorsque dans les Alpes un glacier se retire, il laisse un paysage dénudé fait de dépressions qu’il a lui-même creusées et d’amas rocheux ou autres qui créent des barrages naturels. Ces bassins se remplissent alors d’eaux de fonte et donnent naissance à de nouveaux lacs glaciaires.

Dans l’inventaire qu’elle a pu dresser grâce aux photos aériennes fournies par Swisstopo et aux bases de données constituées depuis le milieu du 19e siècle (entre autres la célèbre carte Dufour réalisée entre 1845 et 1865, et les images aériennes prises en 1946 par des avions américains survolant le territoire suisse avec l’aval des autorités fédérales), l’équipe de chercheurs et chercheuses qui vient de publier les résultats de son travail [1] est arrivée à la conclusion que quelque 1’200 nouveaux lacs ont fait leur apparition dans les anciennes régions glaciaires des Alpes suisses au cours des 170 dernières années.

La formation de ces lacs glaciaires a connu un premier pic entre 1946 et 1973 (8 nouveaux lacs par an en moyenne). Après une période d’accalmie, ce rythme s’est accéléré pour passer à une moyenne de 18 nouveaux lacs en moyenne annuelle entre 2006 et 2016. À ce moment-là, les lacs glaciaires suisses recouvraient une superficie d’environ 620 hectares et cette surface augmente chaque année de plus de 150’000 mètres carrés. On notera toutefois que plus de 90 pour cent de ces lacs, qui témoignent de l’actuel réchauffement climatique, ont une surface inférieure à un hectare et que près d’un quart d’entre eux a rétréci ou parfois complètement disparu.

Ces phénomènes naturels, parfois spectaculaires, peuvent devenir de véritables attractions touristiques et l’extension artificielle des lacs alpins ouvre de nouvelles perspectives en matière de production d’énergie hydroélectrique. Mais la multiplication de ces lacs glaciaires accroît aussi les risques, telles des vidanges soudaines en cas de rupture des barrages naturels. Les données que les chercheurs ont rassemblées sur chacun des 1’200 lacs recensés devraient désormais permettre de mieux évaluer ces nouveaux dangers potentiels. (Source : Eawag)

JPEG - 184.3 ko
Michael Plüss, technicien au service des eaux de surface de l’Eawag, installe une chaîne de capteurs
de température sur le Steisee, à proximité du col du Susten (canton de Berne). Grâce à des séries de
mesures automatiques de la température de l’eau à différentes profondeurs pendant plusieurs années,
les chercheurs parviennent à mieux comprendre le développement général des lacs de haute montagne
et leurs fluctuations saisonnières. (Photo : Nico Mölg, Eawag)



Notes

[1Nico Mölg & al., “Inventory and evolution of glacial lakes since the Little Ice Age : lessons from the case of Switzerland”, Wiley Online Library, 06 July 2021.
Cette étude a recensé précisément 1192 lacs qui se sont formés dans les Alpes suisses en l’espace de 170 ans. 987 d’entre eux existent toujours. Selon les données les plus récentes, le plus grand mesure 40 hectares, mais dans leur grande majorité (plus de 90 pour cent) ces lacs ont une superficie inférieure à un hectare.

Mots-clés

Glossaire

  • Aiguadier

    Cet ancien vocable, qui s’écrit aussi eygadier dans son usage provençal et qui était parfois remplacé par le mot garde-vanne, désignait la personne chargée de distribuer des eaux d’irrigation entre différents ayants droit. Aujourd’hui, en Camargue notamment, l’aiguadier joue un rôle important dans la gestion de l’eau des rizières : il en vérifie le degré de salinité et en contrôle la hauteur de lame en fonction des différentes phases de développement du riz depuis les semis jusqu’à la montaison.

Mot d’eau

  • Be water my friend

    “Vide ton esprit. Sois sans forme. Souple, comme l’eau. Verse de l’eau dans une tasse, elle devient la tasse. Verse de l’eau dans une bouteille, elle devient la bouteille. Verse-la dans une théière, elle devient la théière. L’eau peut couler doucement ou chuter brutalement. Sois comme l’eau, mon ami.” (Bruce Lee)


Contact Lettre d'information