AccueilBloc-Notes

22 mars 2021.

Prix de l’eau dans les villes françaises : + 10 % en 10 ans

Selon une enquête menée par le magazine français « 60 millions de (...)

Selon une enquête menée par le magazine français « 60 millions de consommateurs » sur les prix de l’eau pratiqués dans les villes, il apparaît qu’entre 2011 et 2020 les factures d’eau ont grimpé de plus de 10 % en moyenne dans plus de la moitié des 130 collectivités prises en compte, dépassant le rythme de l’inflation.

Le prix moyen du mètre cube d’eau est d’environ 4 euros avec des écarts qui vont du simple au quintuple selon les villes : de 1,45 euro/m3 à Antibes à 8 euros à Mamoudzou (Mayotte). Les plus fortes hausses enregistrées durant la décennie concernent des villes moyennes : c’est à Pau que l’augmentation a été la plus forte (+43%, à 4,27 euros).

Pour expliquer ces hausses, le mensuel de l’Institut national de la consommation (INC) pointe notamment du doigt des normes environnementales plus strictes, la nécessité de combler les retards dans la modernisation des réseaux et des équipements, ainsi que le relèvement de la TVA sur les factures d’assainissement (de 5,5% à 7% en 2012).

L’étude met également en évidence d’une part que le passage en gestion publique dans plusieurs villes n’a généralement pas fait baisser l’addition (“le retour dans le giron public n’est pas une recette miracle”), et que d’autre part il faut s’attendre à des difficultés supplémentaires dues au réchauffement climatique et à son impact sur les ressources en eau.




Mots-clés

Glossaire

  • Bon état des eaux

    Une eau de surface ou souterraine est dite “en bon état” si elle remplit en même temps deux critères : 1. le “bon état chimique” qui doit être conforme aux normes fixant le degré maximal de concentration de substances polluantes ; 2. le “bon fonctionnement écologique”, qui doit être le moins possible impacté par des activités humaines. On parle de bon état quantitatif lorsque les prélèvements d’eaux souterraines ne dépassent pas leur capacité de renouvellement et ne menacent pas l’approvisionnement naturel des écosystèmes aquatiques de surface.

Mot d’eau

  • Clapotis vénitiens

    « On ne percevait que le bruit des rames retombant en cadence et le clapotis des vagues fendues par l’avant de la barque qui se dressait au-dessus de l’eau, noir, raide et taillé en hallebarde à son extrême pointe – et pourtant autre chose encore se faisait entendre, une voix mystérieuse … C’était le gondolier qui murmurait, parlait tout seul entre ses dents, à mots entrecoupés, entre deux coups de rame. » (Thomas Mann, La mort à Venise, 1912).


Contact Lettre d'information