Accueil

Bloc-Notes

Informations en bref et en vrac


Informations en bref et en vrac


162
Mar 22

Nouvelles lignes directrices sur l’eau pour la coopération suisse

En matière de coopération internationale dans le secteur de l’eau, le Ministère suisse des affaires étrangères (DFAE) œuvre de diverses manières : il est actif par exemple dans le domaine de l’accès aux installations sanitaires de base et à l’hygiène, ou dans celui de la médiation entre pays riverains en vue de favoriser l’utilisation pacifique et durable des ressources en eau transfrontalières.

Les lignes directrices sur l’eau qu’il remet régulièrement à jour définissent des principes, des thèmes et des priorités qui serviront de référence à l’engagement de la Suisse dans ce domaine particulier. L’enjeu est de coordonner au mieux les trois instruments de sa coopération internationale, à savoir : l’aide humanitaire, la coopération au développement et la promotion de la paix.

Cet engagement de la Suisse en faveur d’un monde dans lequel chaque être humain a la garantie d’avoir accès à une eau de qualité et en quantités suffisantes ainsi qu’à des services sanitaires de base s’articule autour de dix principes :
- promouvoir le droit fondamental de l’accès à l’eau et à l’assainissement ;
- favoriser une meilleure compréhension du cycle de l’eau ;
- tenir compte des interactions ;
- faire reconnaître la valeur de l’eau ;
- promouvoir la bonne gouvernance ;
- garantir l’inclusion et l’autonomisation des acteurs défavorisés ;
- faire de l’eau un vecteur de paix, de sécurité et de prospérité ;
- encourager la coopération et les partenariats ;
- tenir compte des connaissances et du savoir-faire pertinent ;
- encourager l’innovation au service de la durabilité.

« Lignes directrices sur l’eau 2022-2025 ».

Ce document (32 pages) peut être téléchargé sur le site du Département fédéral des affaires étrangères.


Feb 14

Projet énergétique novateur dans le delta du Rhône

Une société française, Sweetch Energy, spécialisée dans les énergies renouvelables, et la Compagnie nationale du Rhône (CNR), concessionnaire du fleuve (sur territoire français) pour la production d’hydroélectricité, le transport fluvial et les usages agricoles, ont conclu un partenariat dédié au développement d’une filière industrielle de production d’électricité osmotique. Un site pilote sera prochainement installé dans le delta du Rhône pour exploiter la différence de salinité entre l’eau fluviale et l’eau de mer et devrait commencer à produire une électricité 100% renouvelable et permanente dès la fin de l’année 2023.

Bref rappel de ce qu’est l’osmose. Ce phénomène intervient naturellement lorsqu’une eau douce et une eau salée sont séparées par une membrane semi-perméable : les molécules d’eau douce migrent spontanément vers le volume d’eau salée. Il est cependant techniquement possible d’inverser cette migration en exerçant une pression sur la masse d’eau salée et faire en sorte que la membrane retienne les sels minéraux : c’est ce procédé d’osmose inverse qui est utilisé en particulier dans les usines de dessalement et de production d’eau potable installées en bordure de mer.

Ce mécanisme peut être également mis en oeuvre pour produire de l’électricité. Parmi les différentes technologies utilisées dans ce but, celle récemment développée par la société Sweetch Energy repose principalement sur une nouvelle génération de membranes associées à des systèmes d’électrodes sélectifs : les échanges d’ions ainsi produits génèrent du courant électrique.

Après une phase de modélisation et de tests techniques en laboratoire, des essais seront ensuite menés dans différentes zones du delta du Rhône afin de déterminer la localisation exacte du site pilote. A l’horizon 2030, précise le communiqué commun des deux entreprises, ce sont plus de 4 millions de MWh qui, chaque année sur le delta, pourraient être produits à un prix compétitif grâce à l’énergie osmotique, soit deux fois la consommation annuelle des habitants de Marseille. (Sources : Sweetch Energy / CNR)


Feb 6

Nouvelles valeurs de référence pour le climat

Depuis le début de l’année 2022, l’Office fédéral de météorologie et de climatologie MétéoSuisse utilise une nouvelle période de référence climatique qui va de 1991 à 2020 et qui remplace les références précédentes qui couraient de 1981 à 2010.

Ces normes climatologiques servent à décrire le climat des différentes régions de Suisse et à le comparer aux situations météorologiques actuelles. Cela permet de savoir par exemple si une période précise à un endroit donné a été plus ou moins pluvieuse, chaude ou ensoleillée que dans un passé relativement récent. Compte tenu du rythme des changements climatiques, il est important que la période de référence ne soit pas trop ancienne. Cette norme est remise à jour chaque décennie sur une base uniforme à l’échelle internationale. Mais la période 1961-1990 continue toutefois de servir de référence pour étudier l’évolution du climat à plus long terme.

La comparaison entre la nouvelle période de référence 1991-2020 et la précédente (1981-2010) montre que la température moyenne annuelle en Suisse a augmenté de 0,4 à 0,5 °C en l’espace d’une décennie. Ce réchauffement peut être constaté durant pratiquement toutes les saisons, spécialement aux mois d’avril, juin et août.

PNG - 196.1 ko
Valeurs de référence 1991-2020 de la température moyenne annuelle en °C © MeteoSuisse

Par contre, s’agissant des précipitations, on ne note pas de différences majeures entre les valeurs de références annuelles des deux périodes. (Informations MétéoSuisse)

PNG - 111.3 ko
Valeurs de référence 1991-2020 du nombre de jours avec des précipitations © MeteoSuisse


- Pour en savoir plus sur les normes climatologiques,
voir les pages spéciales du site de MétéoSuisse


Jan 12

Cinq paysages fluviaux sur timbres suisses

Parallèlement à l’augmentation du prix des lettres à partir du 1er janvier 2022, la Poste suisse a émis une série de nouveaux timbres. Cinq d’entre eux, dont ceux utilisés pour les envois ordinaires en courrier A et B, sont dédiés à des cours d’eaux :

- La Verzasca, près de Brione, au Tessin (90 centimes, courrier B)
- L’Aar, près de Rubigen, dans le Mittelland bernois (1.10 franc, courrier A)
- Le Rhin, près de Coire, dans les Grisons (1.80 franc)
- Le Doubs, près du Theusseret, dans le canton du Jura (2.30 francs)
- Le Rhône, près de Varen, en Valais (4.00 francs)

JPEG - 241.6 ko
Les deux nouveaux timbres ordinaires de 90 centimes (Verzasca) et de 1.10 franc (Aar)


- Voir les cinq timbres « Paysages fluviaux » sur le site de la Poste suisse

- Trois timbres « Pièces de monnaie » de 5, 10 et 20 centimes ont été émis pour servir de complément aux timbres utilisés jusqu’à présent pour le courrier ordinaire et qui restent valables.


Dec 22

Nouvel outil didactique sur la gestion de l’eau

Dans le cadre de son « cours d’EAU » et après « Événements hydrologiques extrêmes » et « Valais : gestion de l’eau en mutation », l’Atlas hydrologique de la Suisse [1] publie un troisième module intitulé : « L’eau et l’être humain en relation étroite ». Sous forme de livre imprimé (24 pages) et/ou celle d’un e-book, ce matériel didactique est destiné à l’enseignement de la géographie au niveau secondaire II (c’est-à-dire, en Suisse, le cycle d’études - professionnelles, gymnasiales ou de culture générale - qui suit la scolarité obligatoire) et a pour ambition de mettre à la disposition des enseignants et des étudiants les acquis scientifiques les plus récents en matière d’hydrologie.

Ce nouveau module est réparti sur quatre fiches thématiques :

  1. « L’or bleu, une ressource limitée » pose la question de savoir comment les changements socio-économiques et climatiques augmentent la pression sur les ressources en eau et comment on peut se préparer à des conflits d’utilisation en cas d’une pénurie d’eau.
  2. « Une eau cristalline » porte sur les moyens de se procurer de l’eau potable d’une qualité irréprochable dans les régions habitées et agricoles de Suisse et sur les mesures à prendre pour garantir cette qualité à long terme.
  3. « L’approvisionnement en eau : un défi majeur » s’intéresse aux changements intervenus dans l’utilisation du sol et à leurs répercussions sur l’approvisionnement en eau potable.
  4. « Des eaux aménagées » examine le pourquoi des interventions dans les cours d’eau suisses depuis près de 300 ans et les met en relation avec les multiples fonctions des eaux pour la société, l’économie et l’environnement.

- Lien vers le 3e module du matériel didactique « cours d’EAU » :
« L’eau et l’être humain en relation étroite »


Chargement en cours...


Contact Lettre d'information