AccueilBloc-Notes

11 novembre 2022.

Le projet de 3e correction du Rhône doit-il être revu ?

Des experts indépendants ont été mandatés par l’État du Valais pour (...)

Des experts indépendants ont été mandatés par l’État du Valais pour étudier si le projet de 3e correction du Rhône, tel qu’il a été conçu, est le plus approprié pour répondre aux défis et besoins actuels. Ce vaste projet vise d’une part à garantir la sécurité des habitants et de leurs biens contre les crues et restaurer la dynamique naturelle du fleuve. Depuis son lancement en 2000 et le début des travaux en 2009, le contexte dans lequel il s’inscrit a fortement évolué. La décision d’analyser l’adéquation du projet à cette évolution fait par ailleurs écho à des questions récemment posées dans ce sens au Parlement cantonal.

Le changement climatique, lit-on dans le communiqué publié par le Département valaisan de la mobilité, du territoire et de l’environnement, "induit une augmentation des dangers et des risques qu’ils génèrent sur un territoire dont l’utilisation est toujours plus dense. Différents enjeux ont également pris de l’importance comme la gestion des sites pollués ou le souhait de mieux assurer à long terme le maintien des terres agricoles, via les surfaces d’assolement."

L’analyse confiée à ce groupe d’experts devra donc porter sur les éventuelles adaptations qui pourraient ou devraient être apportées à ce projet. Il s’agira également de tirer les enseignements des travaux réalisés jusqu’à présent. Les résultats de cette étude sont attendus avant l’été 2023. (Source : État du Valais)

- Voir le site officiel de la 3e correction du Rhône




Mots-clés

Mot d’eau

  • Mon pays natal ...

    “Je ne peux pas penser à mon enfance sans penser à l’eau. Mon pays natal c’est une patrie d’eaux. Celle des lacs, des torrents qui descendaient de la montagne, celle des rizières, celle terreuse des rivières de la plaine dans lesquelles on s’abritait pendant les orages.” (Marguerite Duras, “La vie matérielle”, 1987)

Glossaire

  • Sublimation

    Passage d’un corps solide à l’état gazeux sans passer par une phase liquide. En hiver et sous certaines conditions atmosphé-riques (par temps sec et froid par ex.), la glace et la neige peuvent ainsi se transformer lentement mais directement en vapeur d’eau sans avoir préalablement fondu. Le phénomène inverse, c’est-à-dire le passage direct de l’état gazeux à l’état solide (comme la transformation immédiate de la vapeur d’eau en glace sous forme de givre ou de cristaux) a pour noms : sublimation inverse, condensation solide ou déposition.


Contact Lettre d'information