AccueilClins d’eau

2 octobre 2017.

Variations en Lac Majeur

Le Lac Majeur (Lago Maggiore ou Verbano en italien), avec une (...)

Le Lac Majeur (Lago Maggiore ou Verbano en italien), avec une superficie de 212 km carrés et un volume de 37 km cubes, est - après le Lac de Garde - le deuxième plus grand des lacs du versant sud des Alpes italo-suisses. Il s’étend sur un axe nord-sud long de 66 km et d’une largeur maximale de 5 km, partagé par le canton suisse du Tessin et la province italienne de Lombardie. Son niveau d’eau, à la cote moyenne de 193.47 mètres, correspond à l’altitude la plus basse du territoire suisse. Sa profondeur maximale est de 372 mètres.

Dans sa partie tessinoise, le Lac Majeur est principalement alimenté par trois bassins versants, à savoir ceux du Tessin (Ticino), de la Verzasca et de la Maggia. De par sa situation topographique, hydrologique et climatique, il est très exposé à de rapides variations de niveau en cas de pluies persistantes ou d’intempéries violentes et connaît régulièrement d’importants débordements, causant parfois de graves préjudices à l’économie locale, principalement touristique. La plus grave inondation connue s’est produite le 4 octobre 1868 où le lac avait monté de quelque 7 mètres du côté de Locarno.

Le lac dispose certes, depuis 1943, d’un barrage de régulation en aval de Sesto Calende, en Lombardie, mais sa gestion fait débat entre les deux pays riverains en raison d’attentes divergentes : côté italien, on souhaite un niveau d’eau relativement haut pour satisfaire notamment à des besoins d’irrigation ; côté suisse, on réclame un niveau d’eau qui permettrait de mieux gérer les crues. Différents scénarios et stratégies sont étudiés qui devraient au final déboucher sur l’éventuelle mise en place d’un organisme transfrontalier de régulation.

- Photos aqueduc.info, prises sur les rives du lac
vers Ascona, Locarno, Magadino et les îles Brissago.



Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information