AccueilRessourcesDans les livres

août 2012.

Un chemin au cœur du château d’eau de la Suisse

Depuis cet été, un sentier de randonnée relie quatre sources du (...)

Depuis cet été, un sentier de randonnée relie quatre sources du massif du Gothard : Rhin, Reuss, Tessin et Rhône. Long de 85 kilomètres, on peut le parcourir en étapes réparties sur cinq journées, avec des possibilités d’hébergement, ou dans des marches d’un jour vers l’une ou l’autre des sources. Chaque étape a été conçue de manière à ce que les points de départ et d’arrivée soient accessibles par les transports publics.

Quatre sources, quatre cours d’eau qui s’en vont vers les quatre points cardinaux, mais aussi quatre cantons concernés - Uri, Grisons, Tessin, Valais - et un guide en quatre langues : allemand, français, italien, anglais. Autant dire que cet itinéraire se présente comme une invitation à comprendre l’eau comme un élément qui rassemble plutôt qu’il ne divise.

En tout cas, il y a là de quoi "découvrir des paysages uniques qui rendent compte de l’importance de l’eau pour l’homme, la faune, la flore, mais aussi pour l’économie" commente celui qui a initié ce projet de sentier, Paul Dubacher, déjà connu pour avoir contribué à la réalisation de la Voie suisse le long du lac des Quatre-Cantons.

Lors de l’inauguration officielle de cet itinéraire de randonnée, le 5 août 2012, Hansheiri Inderkum, ancien président du Conseil des États du Parlement fédéral et président de la Fondation Chemin des quatre sources du massif du Gothard, a insisté sur la symbolique du lieu : "Le Gothard est un symbole du savoir-faire des ingénieurs non seulement dans le secteur routier, ferroviaire ou énergétique, mais aussi dans le domaine du tourisme alpin international (…) Ce chemin des quatre sources non seulement relie entre eux de magnifiques paysages et montre la diversité culturelle de la région, mais il s’intègre aussi parfaitement dans l’idée du Gothard comme un pont entre la tradition et le progrès."

JPEG - 123.8 ko
Pour en savoir plus sur cet itinéraire,
consulter le site vier-quellen-weg.ch
(en allemand seulement)

Voir aussi dans l’album photos aqueduc.info :
- À la source du Rhin (Grisons)
- À la source du Rhône (Valais)
- Au pays des Reuss (Uri)



Infos complémentaires

JPEG - 50.2 ko

Le guide de randonnée "Chemin des quatre sources du massif du Gothard", publié en quatre langues, propose sur 80 pages l’ensemble de l’itinéraire, des extraits de cartes et des profils d’altitude, de nombreuses illustrations et informations utiles. L’ouvrage contient également d’intéressantes contributions sur l’histoire, la flore, la faune, la géologie et l’hydroélectricité dans la région du Gothard.

- Pour en savoir plus sur ce guide, consulter le site vier-quellen-weg.ch.

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information