AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2013

22 novembre 2013.

Suisse : les glaciers rétrécissent mais les cours d’eau gagnent un peu d’espace

"Les agglomérations s’étendent, les glaciers fondent, la forêt (...)

"Les agglomérations s’étendent, les glaciers fondent, la forêt avance et les terres agricoles reculent." Voilà comment l’Office fédéral de la statistique résume les transformations du paysage suisse entre 1985 et 2009. En ce qui concerne les surfaces improductives, les derniers relevés notent qu’en reculant, les glaciers ont cédé la place à de nouvelles surfaces sans végétation et que les cours d’eau ont gagné du terrain sur le Plateau.

En matière d’utilisation du sol, l’Office fédéral de la statistique (OFS) répartit les données en quatre domaines principaux : surfaces d’habitat et d’infrastructure (7,5% des 41’284 km2 de la superficie nationale), surfaces agricoles (35,9% ), surfaces boisées (31,3% ) et surfaces improductives (25,3%). Ce dernier comprend non seulement les terrains non cultivables et improductifs, les rochers et les éboulis, mais aussi les lacs et les cours d’eau, ainsi que les glaciers et les névés.

En 24 ans, le paysage suisse s’est notablement transformé puisque 15% du territoire ne sont plus utilisés comme ils l’étaient en 1985. C’est surtout dans le sud des Alpes (Tessin et Valais), et du côté de l’arc lémanique et de la métropole zurichoise, que se sont concentrés les changements les plus importants.

Globalement parlant, les surfaces d’habitat et d’infrastructure ont augmenté de 584 km2 – ce qui équivaut à la superficie du lac Léman – et cette progression s’est faite principalement au détriment des surfaces agricoles (- 5,4 %). Et c’est surtout dans les zones d’altitude que la forêt a gagné du terrain (+ 3,1%). Enfin des mesures de renaturation ainsi que l’étalement de matériaux charriés par les crues ont fait que les surfaces improductives ont légèrement progressé sur le Plateau suisse.

Les glaciers cèdent la place aux éboulis

Le recul des glaciers entre 1985 et 2009 représente un peu plus de 390 km2. En haute montagne, le recul des glaciers - qui ont perdu 390 km2, soit un quart de leur surface ou dix fois la taille du lac de Bienne - est le principal fait marquant de l’évolution du paysage suisse. La fonte de la glace a surtout fait apparaître des zones d’éboulis et de rochers sans végétation et quelques lacs et cours d’eau. Les surfaces sans végétation le sont bien souvent de manière temporaire avant d’être colonisées par de la végétation improductive.

JPEG - 76.4 ko

Davantage d’espace pour les cours d’eau

Les cours d’eau ont quant à eux regagné un peu d’espace (un millier d’hectares) pris essentiellement sur d’anciennes surfaces agricoles ou forestières. Mais d’autres ont également été envahis par des arbres et des arbustes.

JPEG - 114.1 ko

Les experts notent qu’il s’agit là d’une évolution dynamique que connaissent les cours d’eau naturels : les crues emportent les berges avec leur végétation, puis les surfaces dénudées se couvrent à nouveau d’arbustes et de broussailles. On notera aussi qu’ici et là certains cours d’eau ont été couverts voire mis sous terre lors de la construction d’infrastructures routières ou ferroviaires. (Source informations et graphismes : OFS)


- L’utilisation du sol en Suisse
Résultats de la statistique de la superficie

Office fédéral de la statistique, Neuchâtel, 2013, Voir >
- Pour des informations actuelles
sur l’utilisation du sol,
voir >



Infos complémentaires

JPEG - 53 ko

L’utilisation du sol
en Suisse - Résultats de
la statistique de
la superficie

Office fédéral de la statistique, Neuchâtel, novembre 2013, Voir >

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information