AccueilÀ la Une

18 mars 2007.

Qui achètera de l’eau pour la nature ?

EDITO MARS-AVRIL 2007 Venant de Maude Barlow, la question ne (...)

EDITO MARS-AVRIL 2007

Venant de Maude Barlow, la question ne surprend guère, mais elle dit bien la perspective des combats menés par celle qui, avec Tony Clarke, a reçu en 2005 le « Nobel alternatif », en raison de son engagement pour la reconnaissance du droit à l’eau comme un droit humain fondamental. La fondatrice de Blue Planet Project, un mouvement de citoyens actif à l’échelle mondiale dans la protection de l’eau douce, également présidente du Conseil des Canadiens, était invitée l’autre jour à Berne à la conférence de la Coordination suisse « L’eau comme bien public ». Elle n’y a pas fait mystère de ses convictions : « l’eau est un cadeau de la nature à l’humanité ». Ni de ses inquiétudes : « on va aujourd’hui vers un cartel mondial de l’eau où toute l’eau du monde sera un bien privé ».

L’eau, rappelle-t-elle, appartient à la terre et à tout ce qui vit sur cette terre. Elle n’est pas simplement l’héritage de l’humanité, mais un bien partagé par l’ensemble des espèces et des êtres vivants, de la nature et des écosystèmes. Qui plus est, un bien commun que nul ne peut revendiquer de façon exclusive. Or, aujourd’hui, les hommes ont commencé à puiser dans cette ressource bien plus vite que la nature n’arrive à la renouveler. Non seulement ils l’épuisent et la gaspillent, mais ils la contaminent et l’empoisonnent.

Parallèlement, l’eau, comme tant d’autres choses, devient marchandise. Maude Barlow – qui prépare une suite à son livre « L’or bleu : l’eau, le grand enjeu du XXIe siècle » - dénonce la grande tendance mondiale à la privatisation de cette ressource essentielle à la vie. Un jour viendra où l’eau peut-être ne sera disponible qu’à ceux qui pourront l’acheter. Un représentant de la grande économie, présent à Berne, ne pouvait que confirmer ce propos : « Sans eau, non seulement il n’y a pas de vie, mais il n’y a pas non plus de business ». Bientôt, donc, on vendra peut-être la pluie avant qu’elle ne tombe. Mais qui donc, alors, serait assez fou pour acheter de l’eau pour en faire cadeau à la nature qui a droit à sa part légitime ?

La pollution fait aussi des heureux. Il y a de l’argent à gagner dans les techniques d’épuration. Au point qu’une véritable concurrence souterraine est en train de voir le jour - même en Suisse – entre ceux qui en amont s’efforcent de prévenir toute sorte de dégradation des ressources en eau et ceux qui en aval créent et développent des technologies hautement performantes capables de retenir tout élément indésirable et de fournir une eau absolument saine et pure. Dans ces conditions, nous chanteront bientôt les ingénieurs, à quoi sert-il aux amis de la nature de se fatiguer à faire de la prévention si les techniques de filtration peuvent garantir à tout un chacun l’accès à une ressource de très bonne qualité ? On devine sans peine les effets pervers et démobilisateurs d’une telle approche.

« L’humanité doit à nouveau respecter la place sacrée de l’eau dans le monde de la nature », aime à dire Maude Barlow. En Suisse, les administrations publiques et les organisations écologistes ne font pas autre chose quand elles prônent la protection et la régénération des habitats naturels, biotopes, marécages, zones alluviales et autres sites sensibles. Ou quand elles proposent des campagnes d’information, des ouvrages de vulgarisation, des projets éducatifs et des outils didactiques qui, comme on dit au WWF, font prendre conscience que « la nature suit ses rythmes, qui ne sont pas du genre humain ».

Bernard Weissbrodt




Mots-clés

Mot d’eau

  • L’eau des Kennedy

    Celui qui pourra résoudre les problèmes de l’eau méritera deux Prix Nobel : un pour la paix et un pour la science. (John F. Kennedy) - Nous sommes témoins de quelque chose d’inédit : l’eau ne coule plus vers l’aval, elle coule vers l’argent. (Robert F. Kennedy)

Glossaire

  • La clepsydre

    C’est, comme le sablier, l’un des plus anciens instruments de mesure du temps qui passe. Il s’agissait le plus souvent d’un vase conique, percé d’un trou à sa base, laissant s’écouler l’eau goutte à goutte. Comme sa face interne comportait des graduations horaires, il suffisait d’observer le niveau de remplissage pour savoir combien d’heures s’étaient écoulées depuis le coucher du soleil.


Contact Lettre d'information