AccueilInfosÀ la Une

15 mars 2016.

Pas d’eau, pas de sel

Au pays de l’or blanc avec un guide du patrimoine vaudois

Bex, dans le Chablais vaudois, est surtout connue pour ses mines de sel et sa saline. Natif des lieux, Pierre-Yves Pièce, ingénieur en informatique mais aussi, entre autres, guide du patrimoine, s’est depuis plusieurs années engagé à mettre en valeur l’héritage historique et culturel de cet "or blanc" local toujours en exploitation. Il le fait plus particulièrement au travers des diverses activités de l’association Cum Grano Salis et de l’animation du Sentier du Sel, parcours initiatique menant à la toute première source d’eau salée découverte en Suisse.

Lors du dernier colloque "Mémoires du Rhône", en décembre 2015 à Loèche, Pierre-Yves Pièce a présenté une communication dédiée aux "ressources hydrauliques du Chablais au service des mines et salines de Leurs Excellences de Berne". Sa présentation avait pour titre : "Sans eau, pas de sel". Et d’ajouter aussitôt : "pas de Suisses non plus". Un propos qui surprend et appelle évidemment quelques explications.

- Pierre-Yves Pièce : "Jusque vers le milieu du 16e siècle, les Confédérés n’avaient pas de sel indigène. Pour leurs besoins domestiques, mais aussi pour la production de fromages et de salaisons dont ils faisaient commerce par-delà les frontières, ils devaient se ravitailler en sel dans les pays voisins, principalement en France, en Allemagne ou à Venise, si bien qu’à l’époque plusieurs routes du sel convergeaient vers les cantons suisses. Ceux-ci ont joué sur cette concurrence : ils obtenaient du sel à bon prix en échange de mercenaires ou en promettant de rester neutres et de ne pas intervenir dans les conflits, par exemple, en 1471, dans celui qui opposait le roi Louis XI et Charles le Téméraire.

JPEG - 36 ko
Nicolas de Graffenried
- alias Pierre-Yves Pièce -
sur le site historique de Salins
(photo R.Silveston)

En 1554, l’ancien gouverneur d’Aigle, Nicolas de Graffenried, obtient du pouvoir bernois une première concession pour exploiter des sources salées découvertes, dit la légende, par un chevrier. Cela suscite évidemment de grands espoirs qui seront cependant assez vite déçus car les sources en cet endroit sont faiblement salées et on ne peut en tirer que de faibles quantités de sel."

-  aqueduc.info : Jusque-là, personne n’avait imaginé que le sous-sol des Alpes pouvait contenir de "l’or blanc" car on ignorait totalement que, des millions d’années auparavant, la mer avait recouvert ce territoire et fini par y déposer son sel …

- "Il y a 200 millions d’années, il y avait dans la région des sortes de lagunes où le sel et d’autres minéraux comme le gypse se sont peu à peu déposés par couches successives et assez compactes lorsque la mer s’est retirée. On trouve par exemple ce genre de bancs de sel horizontaux dans le nord de la Suisse et il suffit de creuser verticalement quelques centaines de mètres sous terre pour avoir du sel.

Bien plus tard, lors de la formation des Alpes, ces couches horizontales se sont plissées, déformées, fissurées et mélangées. Le sel s’est alors complètement dispersé dans les roches et a même servi de lubrifiant à ces couches qui glissaient les unes sur les autres. Quand l’eau s’infiltre dans ces roches ou lèche leurs parois, elle dissout le sel et s’en imprègne. Cela explique pourquoi on peut trouver des sources d’eau salée mais aussi comment, en injectant de l’eau dans les roches, on peut aujourd’hui récupérer une partie de cet or blanc."

JPEG - 33.2 ko
Reconstitution d’un tronçon de saumoduc sur le Sentier du Sel

- On n’est pas dans les marais salants de Guérande ni de Camargue. De l’eau, il en faut beaucoup pour exploiter le sel de la montagne et au cours des siècles les techniques ont bien évolué …

- "Quand on a commencé à exploiter le sel dans la région de Panex-sur-Ollon, plus précisément à Salins la bien nommée, à quelque 900 mètres d’altitude, on n’avait que des outils rudimentaires et surtout aucune connaissance géologique. On creusait dans la montagne à l’aveugle, comme des taupes, en suivant les filons de sel à l’horizontale et en recherchant des sources plus profondes. Cette première saline a disparu et les galeries d’origine sont aujourd’hui totalement obstruées.

En fait, il y avait deux pôles d’exploitation : d’un côté la mine et la récolte d’eau salée dans le massif montagneux, de l’autre la saline et l’installation qui permettait d’évaporer cette eau pour récupérer le sel. Pour faire passer la saumure de l’une à l’autre, on utilisait un saumoduc, c’est-à-dire une canalisation composée de troncs de mélèze d’environ trois mètres de long, percés et emboités les uns dans les autres. L’écoulement se faisait naturellement, par simple gravitation, sous la surveillance de ’conducteurs des eaux’. Il était alors important que ces conduites de saumure soient fermées à la fois pour préserver la qualité de la saumure mais aussi pour décourager les éventuels voleurs d’eau salée !

À l’époque, le principal problème technique venait du fait que ces eaux de source étaient très peu salées et que pour les faire évaporer, on avait besoin d’énormes quantités de bois de chauffage. On se servait de grandes poêles de tôle très simples posées au-dessus d’un feu. On y déversait l’eau salée qu’on chauffait jusqu’à évaporation totale. Pour obtenir un kilo de sel, il fallait brûler onze kilos de bois ! Au début, comme la forêt était toute proche, on ne manquait pas de combustible mais au fil des ans le bois à proximité de la saline a commencé à se faire rare.

JPEG - 68.1 ko
Bâtiment de graduation de la Saline d’Aigle, long de 220 mètres.
Aquarelle réalisée vers 1780. Photographie du document disparu
conservée à la Bibliothèque cantonale et universitaire de Lausanne

Une solution - le procédé de graduation - apparaît vers la fin du 16e siècle en Allemagne. Son principe était de concentrer l’eau avant de l’évaporer pour économiser du combustible. Dans de vastes et hauts bâtiments spécialement conçus pour cette opération, on empilait des fagots de paille sur lesquels on déversait la saumure amenée par le saumoduc. Cette eau salée s’égouttait lentement sur les fagots de paille puis d’épines, subissait une sorte de pré-évaporation sous l’effet du vent et du soleil et arrivait un peu plus salée dans un bassin de récupération. Des mouilleurs puisaient à nouveau cette eau pour la projeter au sommet des fagots, et ainsi de suite pendant près d’un mois, jusqu’à obtenir une saumure dix fois plus salée qu’au départ. Ce qui fait qu’on n’avait plus besoin que d’un kilo de bois pour obtenir un kilo de sel."

- N’empêche. Du bois, il en fallait encore et toujours de grandes quantités. Y compris pour construire et entretenir les saumoducs. Et les exploitants de l’époque ont cherché d’autres solutions …

- "Dans les années 1580, de riches commerçants allemands ont repris la concession et décidé de construire une saline à Roche, dans la plaine du Rhône. Elle présentait un double avantage : d’une part elle pouvait être utilisée plus longtemps durant l’hiver ; d’autre part, elle était située au bord d’une rivière, l’Eau Froide, traversant une vaste forêt. Une fois le bois découpé en bûches d’un mètre, celles-ci étaient acheminées par flottage jusqu’à la saline où l’on avait aménagé un grand bassin de récupération équipé d’un râtelier. Par contre, vu que la mine était distante d’une douzaine de kilomètres, on dut installer un saumoduc beaucoup plus long, ce qui nécessitait aussi davantage de bois.

JPEG - 43 ko
Vestiges du barrage de la Joux Verte

Plus tard, comme on manquait d’eau pour le flottage, on construisit un barrage voûte de huit mètres de hauteur – à l’époque c’était quasiment un prototype - pourvu à sa base d’un portail d’évacuation rapide. On empilait le bois en aval, et deux fois par année, au printemps et en automne, on libérait subitement toute l’eau du barrage qui d’un seul coup emportait les bûches jusqu’à la saline. Ce qui n’allait pas sans contentieux avec les riverains qui parfois voyaient leurs cultures inondées.

Un siècle plus tard, étant donné que les affaires prospéraient, Berne décida de reprendre les salines à son compte et en quelque sorte les nationalisa. Cette situation durera jusqu’à la Révolution vaudoise de la fin du 18e siècle. D’autres salines seront successivement construites là où on pouvait utiliser les possibilités de flottage, notamment au Bévieux, sur le site de la saline actuelle toujours en exploitation, et même de façon quelque peu éphémère au bord du Rhône, car le fleuve permettait le flottage de bois en provenance du Valais, entre autres de Salvan via l’impétueux torrent du Trient" (voir ci-dessous le texte de Eugène Rambert).

JPEG - 65.2 ko
Bâtisse de l’ancienne saline du Rhône, face à Massongex,
témoin historique de l’odyssée de l’or blanc chablaisien

- L’eau, dans les salines, après celle qui contient la matière première et celle qui transporte le combustible, c’est aussi celle qui avec le temps fournira l’énergie nécessaire au fonctionnement des installations …

- "La même eau qui permettait de flotter le bois a progressivement alimenté des roues hydrauliques qui à leur tour actionnaient des pompes faisant remonter la saumure dans les bâtiments de graduation, ce qui mit fin au pénible travail des mouilleurs. Cette saumure transitait par de petits canaux de bois disposés au faîte de la bâtisse et de nombreux robinets qui la répartissaient sur l’ensemble des fagots de paille : plus on avançait dans le bâtiment, plus la concentration de sel était importante. Au Bévieux, on avait ainsi installé un système assez complexe de tirants pour transférer l’énergie de la roue hydraulique jusqu’aux pompes.

D’autres techniques ont également été inventées pour augmenter la teneur en sel : certains ont eu l’idée par exemple de dessaler les roches naturelles à l’intérieur de la montagne, en les débitant avant de les placer dans de grands bassins intérieurs que l’on inondait après avoir détourné des cours d’eau douce et où le sel pouvait se dissoudre lentement. D’autres ont imaginé d’inonder directement les salles souterraines, non sans risques puisqu’étant superposées certaines se sont effondrées après le dernier ’noyage’.

JPEG - 77.8 ko
Roue à aube et système de transmission du mouvement
conçu par Isaac Gamaliel de Rovéréa au 18e s.
Détail d’une estampe colorée du 18e s. (collection particulière)

À Bex, pendant cinq siècles, les principes de base de la production de sel n’ont guère changé : on a du sel disséminé dans la montagne, il faut de l’eau pour l’en extraire, puis il s’agit d’évaporer cette eau pour récupérer la matière première, et jadis cette ’cuisson’ pouvait prendre cinq jours. Les techniques, elles, ont bien évolué : aujourd’hui, ça consiste d’abord à injecter de l’eau douce sous pression dans le massif salifère puis de la pomper quand elle est saturée de sel ; dans une seconde phase, on la chauffe dans des évaporateurs à compression pour provoquer la cristallisation du sel.

Comme ces équipements demandent passablement d’énergie électrique, la saline dispose au Bévieux de sa propre centrale … hydroélectrique bien évidemment ! Bref, pour faire du sel, on a toujours eu besoin à Bex de beaucoup d’eau, à toutes les étapes de la production, car c’est un élément-clef de l’exploitation de la mine et de la saline.

Mais il faut dire aussi que l’eau, parfois, pouvait se montrer la pire ennemie, en particulier lors des grandes crues de la rivière qui pouvaient inonder les galeries et les salles souterraines, ou lorsque des infiltrations d’eau douce arrivaient jusque dans les réservoirs à saumure. Faire se côtoyer l’eau douce et l’eau salée n’était pas sans risques. Et mieux valait donc ne pas mélanger les tuyaux, aqueducs et saumoducs."

Propos recueillis
par Bernard Weissbrodt
,
avec la collaboration de Mme Sandrina Cirafici,
présidente de l’association Cum Grano Salis.
Photos : Pierre-Yves Pièce (sauf autres indications)

JPEG - 55.5 ko
Guides en costume d’époque sur le site historique de Salins :
Lady Sophie Duberly Delmard et Isaac Gamaliel de Rovéréa
(alias S.Cirafici et P.-Y.Pièce)

Liens et documents utiles

- Site de l’association Cum Grano Salis
- Site Le Sentier du Sel
- Sandrina Cirafici et Pierre-Yves Pièce,
"Le patrimoine salifère du Canton de Vaud",
article extrait de Forum PBC - La revue de la protection
des biens culturels, n°24, 2014 (pdf) Lire >
- Jean-François Bergier, article "Sel",
dans le Dictionnaire Historique de la Suisse
- Le sel des Alpes, site officiel des Salines de Bex
- Site officiel des Salines Suisses SA
- Musée d’histoire naturelle Fribourg :
Exposition temporaire : Sel Salz
- Projet Terra Salina, entre nature et patrimoine.




Infos complémentaires

JPEG - 27 ko
Fotolia

Petit glossaire
du sel

Sel gemme
Constitué principalement de chlorure de sodium, il provient de très anciens dépôts géologiques résultant de l’évaporation de mers ou de lacs salés. Il est exploité dans des mines ou des carrières.

Sel marin
Il provient directement de l’eau de mer amenée dans des marais salants d’où elle s’évapore sous l’action conjuguée de la chaleur, du soleil et du vent. Le sel est alors récolté sous forme de cristaux plus ou moins gros après qu’ils se sont déposés au fond de la couche d’eau saturée.

Sel ignigène
Littéralement "né du feu", ce terme s’applique à des sels obtenus par le biais de techniques d’évaporation faisant appel (comme aux Salines de Bex) à des moyens de chauffage et de cuisson de la saumure.

Saline
Ce mot désigne une entreprise qui produit du sel soit par évaporation de l’eau de mer dans des marais salants (dans le Midi de la France, on utilise plutôt le terme masculin "salin"), soit par cuisson artisanale ou industrielle de la saumure (comme à Bex).

Bâtiment de graduation
Grande bâtisse dans laquelle une saumure de faible concentration est mise en circulation à l’air libre et dans des structures exposées au vent de manière à provoquer une première évaporation naturelle et augmenter peu à peu sa teneur en sel.

Saumure
Eau chargée en sel, soit naturellement de par son origine marine ou fossile, soit par l’adjonction artificielle de sel à de l’eau pour conserver des aliments (viande, poisson, fromages, olives, etc.). L’eau des océans contient en moyenne 35 grammes de sel par kilo. Mais le degré de salinité d’une eau varie aussi en fonction de la température et une saumure est dite saturée lorsque le sel ne peut plus s’y dissoudre.

Saumoduc
Canalisation artisanale ou industrielle destinée à transporter de la saumure depuis un lieu d’extraction ou de récolte vers des installations de transformation (production de sel dans des salines, fabrication de carbonate de soude dans des usines chimiques, etc.). Jadis construits en bois (notamment en mélèze dans le Chablais), les saumoducs modernes sont constitués de tubes d’acier spécialement traités pour parer aux risques de corrosion.


JPEG - 31.7 ko

La production et
le marché suisses
du sel

- En Suisse, si les premières sources salines ont été exploitées dans la région de Salins-sur-Ollon dès le milieu du 16e siècle, ce n’est qu’en 1836 que d’autres gisements ont été découverts par forage à Schweizerhalle, à proximité de Bâle, à une profondeur de 107 mètres. Les salines du nord-ouest du pays, riveraines du Rhin, ont non seulement largement contribué à l’approvisionnement national en sel, mais aussi au développement de l’industrie chimique dans cette région.

- Le commerce du sel est en Suisse un monopole d’État qui relève de la compétence des cantons. Mais, de fait, les droits et devoirs relatifs à ce droit régalien sont, par le biais d’une convention intercantonale, du ressort des Salines Suisses SA qui depuis 2014 regroupent les Salines du Rhin, soit les deux usines de Schweizerhalle (Bâle-Campagne) et de Riburg (Argovie) et la Saline de Bex.

- Les Salines Suisses SA ont une obligation d’approvisionnement de la population suisse en sel par le biais d’une production de sel locale et autonome, mais aussi de stockage et de prévention des crises. Elles sont les seules autorisées à vendre, commercialiser ou importer du sel sur lequel elles perçoivent une taxe reversée intégralement aux cantons.

- Les trois sites de Schweizerhalle, Riburg et Bex emploient au total quelque 200 salariés et produisent près de 600’000 tonnes de sel par an (30’000 tonnes à Bex). La production de sel suisse répond à une grande diversité de besoins et d’usages : sel de cuisine (env. 10%), sel pour le commerce et l’industrie (20-35 %), sel à dégeler (30-50%), sels agricoles (5%), sels pharmaceutiques, régénérants et de bien-être (15%).

- Ces dernières années, les besoins annuels en sel de la Suisse ont varié entre 370’000 et 680’000 tonnes en fonction surtout des conditions météorologiques. En décembre 2015, le stock de sel détenu sur les trois sites des Salines Suisses SA était d’environ 200’000 tonnes (soit la moitié de la capacité totale de stockage). L’entrepôt Saldome2 (la plus grande coupole de Suisse inaugurée en 2012 à Riburg) permet de stocker jusqu’à 100’000 tonnes de sel à dégeler. (Informations Salines Suisses SA)


"C’est un rude métier
que celui des bûcherons
et flotteurs des Alpes"

JPEG - 32.1 ko
Les flotteurs du Trient (1889 - GATTLEN II, 4053, reproduction J.-M. Biner)

"J’ai vu l’un de ces torrents artificiels roulant avec lui, et précipitant de cascade on cascade plusieurs centaines de troncs énormes, qui se heurtaient dans leur course folle, bondissaient et se ruaient les uns contre les autres, emportés avec un fracas horrible par la fougue des eaux ; puis tout-à-coup le flot passait, et il ne restait de ce déchaînement qu’un ruisseau paresseux, et de petites vagues d’écume qui blanchissaient sur le rocher. Enfin l’on arrive à un véritable torrent, capable de transporter le bois. Il faut alors suivre la flottée, en remettant à l’eau les troncs qui ont été jetés au bord, ou qui sont restés acculés contre un bloc. Ce n’est pas la partie la plus facile de la tâche."

Eugène Rambert, Les Alpes suisses
Extrait de Le conteur vaudois : journal de la Suisse romande ,
vol.4 (1866), cahier n°9, pp. 3-4.

Mots-clés

Agenda

Glossaire

  • Crue, inondation

    La crue est un phénomène caractérisé par la montée plus ou moins forte du niveau d’un cours d’eau et par une nette augmentation de son débit. Elle ne se traduit pas forcément par un débordement de son lit habituel. On parle d’inondation lorsqu’une crue entraîne la submersion par un cours d’eau de son espace d’expansion naturelle (lit majeur) ou aménagé dans ce but, mais aussi des terres cultivées et des zones habitées, mettant alors en danger les riverains et pouvant causer d’importants dommages à leurs biens.

Mot d’eau

  • “Quel épouvantable désastre !”

    “Près de deux mille maisons écroulées ; sept cents morts ; tous les ponts emportés ; un quartier rasé, noyé sous la boue ; des drames atroces ; vingt mille misérables demi-nus et crevant la faim ; la ville empestée par les cadavres, terrifiée par la crainte du typhus ; le deuil partout, les rues pleines de convois funèbres, les aumônes impuissantes à panser les plaies. Mais je marchais sans rien voir, au milieu de ces ruines. J’avais mes ruines, j’avais mes morts, qui m’écrasaient.” (Émile Zola, "L’inondation", 1883.)


Contact Lettre d'information