AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2005

16 septembre 2005.

Objectifs du Millénaire sur l’eau : « rien de nouveau »

A l’occasion du sommet des Nations Unies sur les Objectifs du (...)

A l’occasion du sommet des Nations Unies sur les Objectifs du Millénaire, les "Amis de la Terre" publient un rapport sur l’efficacité de différents projets participatifs d’accès à l’eau. Ce recueil d’expériences démontre qu’il est possible d’accroître la desserte en eau à des coûts raisonnables, si les projets sont élaborés pour et avec les citoyens. Pendant ce temps, au sommet de New York, les chances sont très faibles de voir les Etats prendre des engagements décisifs : "Rien de nouveau, voilà comment résumer la contribution apportée aux problèmes d’accès à l’eau dans le monde par le document qui est discuté en ce moment même".

Les sommets se suivent et se ressemblent. Pour les Amis de la Terre, il n’y a plus de temps à perdre sur un sujet aussi grave. Dans un rapport intitulé "Gérer l’eau avec les citoyens, quelles alternatives ? - Recueil d’expériences au Sud et pistes de réflexions sur la gestion participative", publié pendant le sommet de New York, les Amis de la Terre proposent des pistes qui soulignent l’efficacité de solutions élaborées en concertation avec les citoyens : "Loin de la logique des projets promus par la Banque mondiale (qui s’est octroyée un leadership sur les problèmes d’accès à l’eau dans le monde), ce rapport très concret se veut un appel pour des projets d’accès à l’eau à l’écoute des usagers, favorisant des solutions locales.

Dans le communiqué qu’ils publient à cette occasion, les Amis de la Terre constatent avec regret que le texte qui sert de base aux discussions sur l’avancement des Objectifs du Millénaire ne prend pas acte des leçons passées. La dernière Commission du Développement Durable des Nations Unies (avril 2005) avait pourtant fait de timides propositions allant dans le même sens que la publication des Amis de la Terre, et qui ne demandaient qu’à être concrétisées. Mais elles n’ont même pas fait l’objet d’une citation par le document actuellement en débat, censé faire avancer la réalisation des Objectifs du Millénaire.

Selon Majda Bouchanine, des Amis de la Terre, « l’accès à l’eau est passé à la trappe, alors même qu’il est une condition sine qua non pour atteindre d’autres objectifs prioritaires tels que l’accès à l’éducation ou l’égalité des sexes (les filles étant majoritairement chargées de la corvée d’eau), la réduction du taux de mortalité infantile et des problèmes de santé ».

Le document onusien se borne en fait à paraphraser l’Objectif du Millénaire n°7 qui prévoit de réduire de moitié le nombre de personnes privées d’accès à l’eau et à l’assainissement d’ici 2015, en l’agrémentant de propositions extrêmement floues, telles que « appuyer les efforts », « accélérer l’élaboration de plans nationaux » ou encore « lancer un programme d’action ».

"Il est urgent de sortir de cet immobilisme" conclut le communiqué des Amis de la Terre qui demandent de la détermination et la mobilisation de moyens financiers pour assurer l’accès de tous à ce service essentiel.

(Source : communiqué de presse, Majda Bouchanine, Les Amis de la Terre)


Site web des Amis de la Terre




Infos complémentaires

:: Extraits

L’eau dans le Document final du Sommet mondial 2005

Dans le Document final du Sommet mondial 2005 qui s’est tenu à New York du 14 au 16 septembre, le thème de l’eau est mentionné à deux reprises : au chapitre des investissements en faveur des activités de développement et à celui de la gestion et de la protection durables de l’environnement. Extraits (Référence : A/60/L.1).

Investissements

25. Nous décidons solennellement d’encourager la multiplication des investissements, notamment les investissements étrangers, dans les pays en développement et les pays en transition, afin de soutenir les activités de développement de ces pays et de faire en sorte qu’ils tirent un meilleur profit de ces investissements. À cet égard :
...
b) Nous mettrons en place des politiques suffisamment incitatives pour attirer durablement les investissements dans les domaines de la santé, de l’approvisionnement en eau salubre et de l’assainissement, du logement et de l’éducation, de la fourniture de services collectifs et de la création de filets de protection sociale en faveur des membres vulnérables ou défavorisés de la société ;
...

Développement durable : gestion et protection de notre environnement commun

56. Conformément à notre volonté de parvenir au développement durable, nous sommes également résolus à :
a) Promouvoir la Décennie des Nations Unies pour l’éducation en vue du développement durable et la Décennie internationale d’action, « L’eau, source de vie » ;
...
h) Aider les pays en développement à élaborer des plans intégrés de gestion et d’utilisation efficace de l’eau dans le cadre de leurs stratégies nationales de développement et à assurer l’accès à l’eau potable et aux services d’assainissement de base, conformément à la Déclaration du Millénaire et au Plan de mise en œuvre de Johannesburg, afin notamment de réduire de moitié, d’ici à 2015, la proportion des personnes qui n’ont pas accès à l’eau potable à un prix abordable et qui n’ont pas accès aux services d’assainissement de base ; "
...

Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information