AccueilClins d’eau

11 février 2020.

Norias

La noria (mot d’origine arabe dérivé du syriaque) est un ancien (...)

La noria (mot d’origine arabe dérivé du syriaque) est un ancien dispositif hydraulique inventé vers les 3e et 2e siècles av. J.-C par des ingénieurs grecs pour faire remonter l’eau d’un puits ou d’une rivière et la déverser ensuite dans un réservoir ou dans un réseau d’approvisionnement pour des usages urbains ou agricoles. Il s’agit souvent d’une roue à aubes mue par le courant de la rivière et munie d’augets, godets ou autres récipients à bascule qui au fil des tours se remplissent d’eau et se vident. Dans le cas de prélèvement d’eau souterraine dans des puits, la roue est la plupart du temps actionnée par un animal.

1. Allemagne
Photo : Pixabay/Manfred Antranias Zimmer

2. Alcázar de San Juan, La Mancha, Espagne
Photo : Alvar Closas

3. Sur l’Oronte, dans la Vallée du Ghab, Syrie
Photo : François Molle

4. Tadjikistan
Photo : Romain Vidal

5. Vietnam
Photo : Pixabay / Quang Nguyen Vinh.

6. Égypte
Photo : Thierry Ruf/IRD

- Ces images proviennent toutes de photos
de membres du réseau Water Alternatives
(Creative Commons BY-NC-SA)



Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information