AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2005

30 avril 2005.

Maman les p’tits bateaux…

Avec le printemps, la navigation lacustre suisse retrouve ses (...)

Avec le printemps, la navigation lacustre suisse retrouve ses bonnes habitudes. Comme chaque année, une quinzaine de grandes compagnies ont ouvert la nouvelle saison, lors du dernier dimanche d’avril, par une désormais traditionnelle Journée de la Navigation. Avec l’espoir que les chiffres de l’été à venir seront aussi bons que ceux de l’an dernier : plus de 13 millions de passagers.

203 bateaux (dont 15 à vapeur, 3 à l’énergie solaire et 22 bacs) sur 22 lacs et 8 portions de rivières : le Service d’information pour les transports publics (Litra) tient à jour les registres de la « marine suisse d’eau douce ».

En termes d’équipements, trois compagnies sortent du lot : celles du Lac des Quatre-Cantons, du Lac de Zurich et du Lac Léman. En termes de transport passagers, la barre des 12 millions, franchie pour la première fois en 1989, a encore été dépassée en 2004, avec un total de plus de 13,1 millions (+0,6% par rapport à 2003).

JPEG - 8.2 ko
Lac des Quatre-Cantons, au large de Weggis (© Suisse Tourisme)

Le Lac des Quatre-Cantons fait là aussi figure de proue avec 2,4 millions de passagers. Mais la deuxième place est occupée de manière étonnante par le bac Horgen-Meilen (sur le Lac de Zurich) qui affiche des résultats très proches de ceux de Suisse centrale (2,3 Mio). Suit le reste du trafic sur le Lac de Zurich (navigation sur la Limmat comprise) avec 1,5 millions de passagers, le Lac Léman (plus de 1,4 Mio.) et les lacs de Thoune et de Brienz (plus d’un million ensemble).

La navigation hivernale, forcément réduite, a aussi son importance. De nombreuses personnes utilisent les navettes lacustres régulières pour gagner leurs lieux de travail ou d’études (par exemple entre Lausanne et Évian).

D’autres profitent de croisières nocturnes et de leurs ambiances particulières autour de fondues au fromage. Il y a aussi les amateurs de sports d’hiver qui traversent le Lac des Quatre-Cantons pour gagner certaines stations de ski toutes proches.


Sources :
Litra, Service d’information pour les transports publics
Via, magazine du voyage et des transports en Suisse



Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information