AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2009

1er juillet 2009.

Les petites centrales hydroélectriques dans le collimateur des pêcheurs suisses

La Fédération Suisse de Pêche (FSP) voit d’un très mauvais œil (...)

La Fédération Suisse de Pêche (FSP) voit d’un très mauvais œil l’euphorie autour de l’implantation de petites centrales électriques sur les cours d’eau. Quelque 600 nouvelles installations de ce type sont en effet prévues en Suisse. Elles produisent relativement peu d’énergie mais se révèlent fort nuisibles pour la faune piscicole. Aussi la Fédération demande à l’État fédéral de mener une étude d’impact sur l’environnement et la publication des demandes d’installations déjà déposées.

A première vue, expliquent les pêcheurs, le concept des petites centrales hydroélectriques peut sembler romantique. Mais, ajoutent-ils d’emblée, c’est oublier un peu trop facilement que leur part de production d’énergie est insignifiante. De même qu’on ne prend pas vraiment en considération leurs nuisances à l’encontre des environnements vitaux que sont les cours d’eau : ces installations perturbent le régime naturel des rivières, empêchent ou entravent la migration des poissons et font des ravages dans les frayères.

D’où l’intervention des pêcheurs pour faire cesser ce qu’ils appellent « la croissance incontrôlée des petites centrales hydroélectriques » et dénoncer « les conséquences destructrices de ce romantisme écologique », pour reprendre les propos de Roland Seiler, président central de la FSP.

Si la Suisse connaît une forte augmentation des projets de petites centrales hydroélectriques, c’est d’une part en raison de la volonté manifestée par les autorités fédérales de développer l’énergie hydraulique en tant qu’énergie renouvelable. Pour cela, elles ont institué un système de « rétribution à prix coûtant du courant injecté » qui oblige les gestionnaires de réseaux d’acheter et de rétribuer l’électricité produite à partir d’énergies renouvelables. Ce dispositif rend attractives des installations qui autrement ne seraient que fort peu rentables. Au point d’intéresser de grandes entreprises de production hydroélectrique.

La stratégie à venir de la Fédération Suisse de Pêche devrait se déployer en priorité au niveau des cantons : les sections cantonales sont invitées à réclamer des plans directeurs aux administrations concernées et le cas échéant à faire opposition aux projets déposés. Dans tous les cas, les organisations de pêche réclameront un paiement compensatoire de 2 centimes par m3 d’eau capté. (Source : dossier FSP)




Infos complémentaires

(Photo dossier FSP)

:: Quelques chiffres

- Il existe en Suisse quelque 1’200 centrales hydroélectriques, dont 700 petites unités d’une production inférieure ou égale à 300 kW.

- Sur les 4’485 cours d’eau suisses susceptibles de servir à la production d’énergie, 90 % sont déjà exploités.

- En un an, plus de 600 projets de centrales hydroélectriques ont été déposés, dont environ deux tiers d’installations neuves. Deux tiers d’entre eux auraient déjà obtenu un avis favorable à leur construction. (Données FSP)

:: Lien utile

- Site de la Fédération Suisse de Pêche

Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information