AccueilInfosArrêts sur infos

10 février 2020.

Les fontainiers à l’honneur au Salon 2020 des professionnels de l’eau

Pour sa 10e édition du 5 au 7 février 2020 à Bulle (Fribourg), le (...)

Pour sa 10e édition du 5 au 7 février 2020 à Bulle (Fribourg), le Salon aqua pro gaz, rendez-vous bisannuel des professionnels de l’eau potable, de l’assainissement et du gaz, a choisi de mettre en évidence l’Association des Fontainiers de Suisse Romande. Fondée en 2003, cette corporation compte actuellement 115 membres actifs. Quentin Morezzi, Chef de réseau adjoint au Service de l’eau de la Ville de Lausanne, ne cache pas son plaisir de voir comme invitée d’honneur l’association qu’il préside depuis l’an dernier.

JPEG - 66.4 ko
Quentin Morezzi à l’ouverture
du Salon aquaprogaz 2020
(© aquaprogaz 2020 J.Genoud)



- Quentin Morezzi : "C’est pour nous une belle reconnaissance, un joli clin d’œil. Il faut dire que nous sommes présents dans ce Salon depuis plusieurs années. Nous qui ne vendons pas de produits et avons peut-être ce petit plus d’être neutres, nous sommes un peu le point commun de la centaine d’exposants. Avec eux, nous nous présentons comme les défenseurs de cette noble cause qu’est l’eau potable."

- aqueduc.info : Mais c’est un métier assez mal connu du grand public …

- "C’est le cas pour tous les métiers de l’hydraulique. Les gens ne se rendent pas compte de toute la tuyauterie présente sous les routes et dans les bâtiments. Tout le monde ou presque ignore tout le parcours que fait l’eau avant d’arriver à leurs robinets. Trouver des sources et capter l’eau, la traiter, la stocker dans des réservoirs, l’acheminer parfois sur des dizaines de kilomètres pour que chacun puisse y avoir accès, cela est souvent méconnu."

- Dans ce Salon 2020, il est beaucoup question de sécurité, de contrôle et de prévention des contaminations. Dans ce domaine, le fontainier joue un rôle de premier plan …

- "C’est l’homme-clé. Il a les outils en mains, il connaît son réseau, il est le seul à pouvoir réagir immédiatement en cas d’incident. Mais il faut dire aussi qu’actuellement il est particulièrement bien aidé : il bénéficie d’une excellente formation, il est préparé à affronter des situations de crise, de pollution, de contaminations. Il est capable de bien connaître un réseau d’eau, de le documenter et de le surveiller. Il peut s’appuyer sur de solides associations professionnelles qui mettent à sa disposition des documents techniques et des programmes informatiques qui lui permettent d’intervenir au plus vite dans des situations difficiles et d’éviter le chaos."

- Justement, on entend dire parfois que le fontainier est un homme de tradition. S’adapte-t-il facilement à de nouvelles technologies ?

- "À la base, nous sommes des manuels. Tout fontainier a un jour sauté dans une fouille, posé des tuyaux, vissé des raccords. Mais quand il voit le travail à mener dans un réseau d’eau, il sait qu’il a besoin d’être bien formé pour le faire et qu’il a pour cela besoin de logiciels, d’internet et d’autres nouveaux outils performants. Quand il en prend conscience, le fontainier n’hésite pas, il s’y met, il y va à fond."

- Dans ce pays où la gestion de l’eau est un service public, le fontainier est un employé communal. Comment est-il perçu par les autorités municipales ?

- "Cela dépend des communes. En Suisse allemande, le Brunnenmeister a peut-être plus de pouvoir qu’en Suisse romande, il est traditionnellement mieux reconnu et sans doute davantage écouté. Mais de manière générale on peut dire qu’il existe une bonne collaboration entre les autorités communales et les fontainiers. De par sa profession, l’élu municipal qui a la responsabilité du secteur de l’eau n’est pas forcément expert dans ce domaine, peut-être n’a-t-il même jamais vu de près une canalisation. Il sait donc qu’il doit faire confiance à la personne qui a toute compétence en la matière. Et le fontainier, qui est souvent un passionné, a toujours grand plaisir à partager son savoir et son expérience. D’un autre côté, quand celui-ci a besoin d’un budget pour aménager une canalisation ou un réservoir, il doit parfois un peu se battre pour l’obtenir. Il sait alors qu’il doit faire l’effort de bien présenter sa requête et démontrer que c’est quelque chose de vital et d’essentiel qui sera bénéfique à tous les habitants de la commune."

Propos recueillis
par Bernard Weissbrodt




Infos complémentaires

Fontainier

Dans le sens moderne de ce vieux mot qui désignait jadis la personne chargée d’entretenir les fontaines, le fontainier a aujourd’hui pour tâche de surveiller l’ensemble des installations d’un réseau d’eau potable, du captage jusqu’au compteur des consommateurs. Il doit veiller à que l’eau qui y circule réponde en tout temps aux exigences légales de qualité et faire en sorte que les divers équipements techniques du service des eaux soient régulièrement contrôlés et entretenus.

Association des Fontainiers de Suisse romande

Fondée en 2003, l’Association des Fontainiers de suisse romande (AFSR) a pour buts principaux de valoriser et représenter le métier de fontainier auprès de la population et des autorités, ainsi que de favoriser l’échange d’expériences entre les fontainiers et les professionnels œuvrant dans le domaine de l’eau potable. Elle s’efforce également de promouvoir la formation continue théorique et pratique de ses membres et de renforcer leur statut professionnel.
Vers le site de l’association >

Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information