AccueilAlbums photos

septembre 2003.

Les étangs de Bonfol (Jura, Suisse)

À quelques enjambées du terminus de la petite ligne ferroviaire (...)

À quelques enjambées du terminus de la petite ligne ferroviaire Porrentruy-Bonfol, en Ajoie (Jura suisse) : deux étangs, celui du Milieu et le Neuf, le Grand ayant été asséché dans les années 1930.

Photos © aqueduc.info



Infos complémentaires

En fait, on comptait jadis dans ce bout de terre une dizaine d’étangs, emplissant de petites cuvettes de terre argileuse. Leur plus ancienne trace écrite date de 1497. Les princes-évêques de Bâle, résidant au Château de Porrentruy, à quelques kilomètres de Bonfol, les avaient fait aménager afin d’approvisionner régulièrement leurs cuisines en carpes et grenouilles. Les étangs, dit-on, abondaient aussi en canards sauvages, sarcelles et poules d’eau, cibles de choix pour les journées de chasse. Et c’est probablement entre les 15e et 17e siècles que leur exploitation fut la plus intense.

En1786, de la vase pourrie infecta le village et il s’en suivit une funeste épidémie. Une soixantaine d’habitants auraient péri en une seule journée. Par la suite, certains étangs furent asséchés, rendus à la culture puis remis en eau. Durant la crise économique de 1930 et pour donner du travail aux chômeurs, il fut décidé d’assécher le grand étang, sis à l’emplacement actuel du terrain de football, et de canaliser le cours d’eau qui traverse le village (la Vendline).

Depuis 1962, les étangs de Bonfol bénéficient d’un statut de réserve naturelle et sont inscrits à l’inventaire fédéral des paysages, sites et monuments naturels d’importance nationale. On y trouve actuellement de nombreux invertébrés : écrevisses, anodontes, limnées, gerris, dytiques bordés, nèpes cendrées, ranâtres linéaires, notonectes glauques, naucores communs, phryganes, gyrins et pas moins de quatorze espèces de libellules. Les étangs sont également fréquentés par de nombreux oiseaux : hérons cendrés, grèbes huppés, martins-pêcheurs, foulques macroules, etc.

Mots-clés

Mot d’eau

  • L’eau de Lao-Tseu

    Parmi toutes les choses du monde, il n’en est point de plus molle et de plus faible que l’eau, et cependant, pour briser ce qui est dur et fort, rien ne peut l’emporter sur elle. Pour cela rien ne peut remplacer l’eau. Ce qui est faible triomphe de ce qui est fort ; ce qui est mou triomphe de ce qui est dur. Dans le monde il n’y a personne qui ne connaisse [cette vérité], mais personne ne peut la mettre en pratique. (Lao-Tseu, "Tao Te King", LXXVIII.)

Glossaire

  • Source « améliorée »

    Cette notion est utilisée par l’OMS pour désigner une installation d’approvisionnement en eau qui, de par la nature de sa construction, protège l’eau de façon satisfaisante de toute contamination extérieure, en particulier des matières fécales. Les sources améliorées incluent : l’eau courante sous canalisation alimentant le domicile, les forages ou puits tubulaires, les puits creusés protégés, les sources protégées et les citernes d’eau de pluie. L’eau en bouteille ne figure pas dans cette liste car la quantité d’eau ainsi fournie est limitée.


Contact Lettre d'information