AccueilInfosPoints d’eau

septembre 2009.

Les aqueducs du Berry antique

Où donc les Gallo-Romains puisaient-ils l’eau nécessaire à leur vie (...)

Où donc les Gallo-Romains puisaient-ils l’eau nécessaire à leur vie de tous les jours ? quels usages en faisaient-ils ? Marianne Surgent, archéologue dans la région française du Centre, étudie l’ensemble des aqueducs du Berry antique, en particulier dans les départements du Cher et de l’Indre. Elle livre ici un aperçu de ses premiers constats.

L’étude de la toponymie en vigueur sur les cartes de l’Institut géographique national (IGN) permet par exemple de recenser un grand nombre de sources naturelles et pérennes sur tout le territoire biturige, du nom d’une ancienne tribu gauloise. Elles constituent régulièrement le point de départ d’un aqueduc, comme la source de Traslay (Fig. 1) qui en prend alors le nom. Certaines de ces sources ont d’ailleurs été réaménagées et servent aujourd’hui encore à l’alimentation principale en eau de plusieurs communes.

Les sources ne constituaient pas le seul mode d’approvisionnement en eau : la plupart des rivières actuelles existaient déjà à l’époque, l’eau de pluie était recueillie dans des bassins ou des citernes, et les nappes phréatiques étaient exploitées grâce à des puits (retrouvés en grand nombre dans la zone étudiée). Des pompes en bois et en plomb sont d’ailleurs reconnues comme datant de cette époque (la pompe de Périgueux par exemple). Toutefois, le sol superficiel de la Champagne berrichonne, région naturelle fortement transformée par l’homme à l’époque gallo-romaine, était et est encore pauvre en eau.

De véritables savoir-faire hydrauliques

Les Gallo-Romains ont donc dû user de leurs savoirs techniques hydrauliques pour transporter cette eau sur de longues distances, de son point d’origine jusqu’aux châteaux d’eau, puis pour la redistribuer non seulement aux fontaines, aux thermes ou aux particuliers les plus aisés, mais aussi jusqu’aux villae, résidences et exploitations agricoles situées à la périphérie des villes ou dans les campagnes.

C’est au moyen d’aqueducs et de canalisations en bois, terre cuite (Fig. 2), plomb et pierre qu’ils y sont parvenus. A titre d’exemple, quatre aqueducs de grande taille maçonnés en pierre alimentaient Bourges durant l’antiquité : ils se dirigeaient soit vers un château d’eau, soit directement vers des thermes ou vers une fontaine monumentale. La ville de Néris-les-Bains (Allier), connue depuis l’antiquité pour ses eaux thermales, était alimentée par au moins deux aqueducs : l’un était maçonné, l’autre en partie maçonné et partiellement constitué d’un tuyau de terre cuite.

JPEG - 15.5 ko
Fig. 3 : fontaine gallo-romaine d’Argentomagus
(Saint-Marcel, Indre)

Dans les agglomérations, les premiers monuments desservis par cette eau étaient les fontaines monumentales, destinées à tous les habitants et en libre service comme la fontaine monumentale d’Argentomagus (Saint-Marcel, Indre, Fig. 3). L’eau remplissait alors sa première fonction vitale : la boisson et la cuisine. Elle avait ensuite une fonction hygiénique : elle alimentait les thermes, mais servait aussi aux latrines et au nettoyage des égouts et des rues.

Ses quatre autres usages concernaient l’artisanat (meuneries, teintureries, etc.), les jeux publics (naumachies), l’agrément privé (jardins, fontaines, bassins) et les services de lutte contre les incendies. Dans les villae et en milieu rural, l’eau servait aussi pour l’hygiène, l’artisanat et l’agrément, mais elle avait pour fonction principale l’irrigation des cultures vivrières.

Ces quelques brèves données sur l’eau dans le Berry à l’époque gallo-romaine permettent de montrer qu’à cette époque déjà les hommes maîtrisaient l’eau, de son captage jusqu’à sa consommation. Des recherches scientifiques ont permis cependant de démontrer aussi que de grandes quantités d’eau étaient gaspillées, car cette ressource coulait en continu dans les aqueducs et, même si des robinets existaient déjà, l’eau se déversait sans que l’on puisse contrôler le débit de son captage.

Marianne Surgent




Infos complémentaires

Fig.1 : intérieur de l’aqueduc en cours de fouille

Marianne Surgent, qui est déjà l’auteure sur ce site d’un article sur l’aqueduc de Traslay, est actuellement chargée d’études pour le Service Régional de l’Archéologie (région Centre, Orléans). Elle y a monté un programme triennal ayant pour objectif principal de comprendre comment était organisée l’alimentation en eau des agglomérations de l’époque gallo-romaine dans ce territoire. En termes de paysage et d’environnement, il devrait alors être possible d’obtenir un aperçu des ressources en eau dans le Berry durant l’Antiquité.

Fig.2 : canalisation en terre cuite entourée de béton
(Photos Marianne Surgent)

Une autre étude, réalisée dans le cadre d’une thèse de doctorat par Marianne Surgent à l’université de Nanterre, devrait élargir le champ de la recherche en comparant les données recueillies dans le Berry avec celles provenant des régions occupées par les Turons (Tours) et les Carnutes (Chartres, Orléans).



:: Autres aqueducs
dans... aqueduc.info


- Le Pont du Gard
- L’aqueduc de Barbegal
- L’aqueduc de Traslay
- Dans le Royans
- Pondel (Val d’Aoste)

Mots-clés

Glossaire

  • Ablution

    Dans le vocabulaire des religions, l’ablution est un rite de purification du corps, par immersion totale ou par aspersion, pratiqué individuellement ou collectivement dans des situations particulières, notamment après un contact avec des choses jugées impures ou avant un acte religieux comme la prière. Fréquente dans le judaïsme et l’Islam, mais aussi dans le bouddhisme, l’hindouisme et le shintoïsme, l’ablution rituelle a pratiquement disparu de la liturgie chrétienne.

Mot d’eau

  • Longer les fleuves

    « J’aimais les chemins en bordure des fleuves. Aller avec le courant de leur eau et sentir leur respiration au gré de la marche. Les fleuves vivaient. Ils avaient fait les villes. Au cours des dizaines de milliers d’années, ils avaient usé les montagnes, transporté les terres, comblé les mers, puis fait pousser les arbres. Depuis le début des temps, les villes leur appartenaient, et sans doute ne cesseront-elles jamais de leur appartenir. » (Haruki Murakami, "La course au mouton sauvage", 1982)


Contact Lettre d'information