AccueilInfosOn en parle

14 décembre 2016.

Les Suisses ont consommé davantage d’eau en 2015

Après un quart de siècle qui a régulièrement vu la Suisse abaisser sa (...)

Après un quart de siècle qui a régulièrement vu la Suisse abaisser sa consommation d’eau, les statistiques montrent une nette inversion de la courbe en 2015. Certes l’augmentation de la consommation de 3,5% par rapport à l’année précédente s’explique principalement par la sécheresse survenue au cours du deuxième semestre. Mais il n’est pas exclu, compte tenu des changements climatiques, que ce scénario puisse se répéter dans les années à venir.

Selon les statistiques publiées par la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE), les distributeurs d’eau de Suisse et du Liechtenstein en ont livré 933 millions de m3 en 2015, soit 32 millions de plus qu’en 2014. La consommation moyenne par habitant est évaluée à 307 litres par jour et la quantité maximale distribuée en un jour a passé de 438 à 512 litres par personne.

La sécheresse a également entraîné une baisse de 38 % de la proportion d’eau de source comparée aux chiffres des dix dernières années. Il a donc fallu pomper davantage d’eau dans les nappes phréatiques (42%) et dans les lacs (19%). Pour la SSIGE, cette progression de la consommation d’eau ne doit pas être interprétée comme une nouvelle tendance mais davantage comme l’impact de la sécheresse prononcée de 2015. Au cours des 25 dernières années, la consommation d’eau potable en Suisse a en effet reculé de 20% au total.

À noter aussi, dans les statistiques de l’eau pour 2015, que 30% de l’eau potable ont été distribués sans préparation ni traitement et autant après une simple désinfection par rayonnement ultraviolet (UV), 10% ont été filtrés une fois avant la désinfection et les 30% restants (dont la totalité des eaux de surfaces) ont été traités en plusieurs étapes.

Légère hausse du prix moyen de l’eau

L’augmentation des coûts d’exploitation et des besoins en capitaux (+ 4% pour un montant total de 1615 millions de francs) a entraîné une légère hausse du prix moyen de l’eau : sur la base d’une consommation annuelle de 120 m3 par ménage, le mètre cube (1000 litres) coûte en moyenne 2,58 francs dans une maison privée et 1,94 franc dans un appartement d’immeuble locatif. En 2015, les distributeurs d’eau ont investi 922 millions de francs dans leurs installations (107 francs par habitant), soit environ 5% de plus qu’un an auparavant. (Source : SSIGE)



Glossaire

  • Débit résiduel

    Volume d’écoulement qui subsiste après un prélèvement dans un cours d’eau (par exemple pour des besoins d’irrigation ou de production d’énergie). Maintenir un minimum de débit et de profondeur d’eau en aval d’une installation est absolument indispensable pour préserver la qualité de l’eau, assurer la recharge des nappes souterraines, protéger la faune et la flore et offrir des possibilités de loisirs. En Suisse, le débit résiduel minimal à garantir dans les cours d’eau à débit permanents est défini par la législation fédérale.

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information