AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2007

24 mai 2007.

Le parlement genevois est en faveur du monopole public de l’eau

Le Grand Conseil genevois a approuvé l’initiative populaire (...)

Le Grand Conseil genevois a approuvé l’initiative populaire demandant que la distribution de l’eau soit un monopole public inscrit dans la constitution cantonale. Il a par contre rejeté une initiative jumelle sur le monopole de l’électricité. Rien ne s’oppose plus désormais à ce que les deux textes soient soumis au vote populaire.

Au printemps 2005, les partis de gauche et plusieurs syndicats genevois avaient déposé 12’251 signatures à l’appui d’une initiative populaire cantonale, intitulée "Eau-énergie : notre affaire - respect de la volonté populaire", exigeant que l’approvisionnement et la distribution d’eau, de gaz et d’électricité soient un monopole public exercé par les Services industriels de Genève.

Après plusieurs péripéties parlementaires, l’approvisionnement en gaz a été exclu du propos, et le texte initial a été scindé en deux parties distinctes, l’une consacrée à l’eau, l’autre à l’électricité.

Alors que le socialiste Alberto Velasco estime qu’un monopole d’État est adéquat pour « garantir l’accessibilité de l’eau à chacun », le démocrate-chrétien Guillaume Brazzone a plaidé pour un système de concessions. Formule rejetée par Robert Cramer, Conseiller d’État en charge du Département du Territoire, car à ses yeux elle ne constituerait qu’un montage juridique sans réelle reconnaissance d’un monopole de droit. « Si, dit-il cité par Le Courrier, un opérateur privé se présentait et exigeait de pouvoir lui aussi distribuer de l’eau nous serions bien embêtés sur le plan du droit pour refuser ».

Au final de la procédure parlementaire, une majorité de députés (55 sur 100) s’est donc prononcée en faveur de l’initiative sur le monopole public de l’eau, 18 députés de la droite ont défendu le statu quo (c’est-à-dire le maintien d’un système de concessions) et 3 élus se sont abstenus. Par contre l’initiative sur le monopole de l’électricité a été rejetée.

Les deux projets de nouveaux articles constitutionnels seront, dans les mois qui viennent, soumis au verdict des citoyens du Canton. (Source : presse genevoise)


Sur le même sujet, lire aussi :
Initiative populaire genevoise pour un monopole public de l’eau (8 mars 2005)
L’initiative "Énergie-Eau" va de l’avant (15 septembre 2005)
Les Genevois voteront séparément sur les monopoles publics de l’eau et de l’électricité (28 janvier 2006)




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information