AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2005

31 janvier 2005.

Le débat sur l’eau était à l’ordre du jour de Porto Alegre 2005

Parmi les différents thèmes inscrits à l’ordre du jour du Sommet (...)

Parmi les différents thèmes inscrits à l’ordre du jour du Sommet social mondial 2005 de Porto Alegre, au Brésil, du 26 au 31 janvier, celui de l’eau était très présent : l’eau est un droit humain, l’eau n’est pas une marchandise, l’eau doit être contrôlée par les citoyens. Petite revue de presse francophone.

"Porto Alegre : l’eau marchande fait bouillir les alters"

Il y a l’eau comme un droit. Et il y a l’eau comme une marchandise, vendue par les grands groupes qui en fixent le prix. A Porto Alegre, il y a ceux qui veulent que le droit l’emporte sur le marché et qui, de séminaires en ateliers, se demandent comment y parvenir. Pour les alters, l’eau est un bien de l’humanité, forcément public. Et les grandes multinationales, notamment les françaises Lyonnaise des eaux et Veolia (Vivendi), qui dominent le commerce hydrique, sont priées d’aller faire leur beurre ailleurs. Judith Rueff, Libération (Paris), 29 janvier 2005

"Débats sur le contrôle de l’eau par des entreprises privées"

Des militants européens, africains et latino-américains ont profité du Forum social mondial (FSM) de Porto Alegre (sud du Brésil) pour prôner des actions communes visant à pousser les Etats et les citoyens à reprendre le contrôle de l’eau. Dépêche AFP du 29 janvier 2005

"L’eau est un droit, pas une commodité"

L’accès à l’eau potable : l’un des enjeux majeurs du 21e siècle. Cette année, le thème était très présent au Forum social mondial de Porto Alegre. Avec d’autres, les ONG suisses y ont défendu l’idée d’une convention internationale, pour garantir l’accès à ce bien vital, qui ne doit pas devenir une simple marchandise. Marc-André Miserez, swissinfo, 28 janvier 2005

"L’accès à l’eau doit devenir un droit universel"

L’ accès à l’eau potable est l’un des axes prioritaires du Forum social mondial (FSM), et chacun - ou presque - s’accorde à dire que ce bien essentiel à l’humanité ne peut être géré par la loi du marché. Ce credo sera répété à Genève, qui accueillera du 17 au 20 mars le Forum alternatif mondial de l’eau (FAME). A Porto Alegre, le conseiller national Carlo Sommaruga (socialiste/GE) fait la promotion de ce rendez-vous. « Il est fondamental d’intensifier l’alliance entre mouvements sociaux et parlementaires du monde entier pour que l’accès à l’eau devienne un droit universel, et ceci avant 2020 », déclare-t-il. Sergio Ferrari, Le Courrier (Genève), 29 janvier 2005

"Ressources naturelles : l’or bleu n’est pas à vendre"

À Porto Alegre, face aux menaces de pénurie à l’échelle mondiale et de privatisation de l’eau, les résistances s’organisent. Bernard Duraud, e L’Humanité (Paris), 31 janvier 2005

Le site du Forum social mondial de Porto Alegre



Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information