AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2011

25 janvier 2011.

Le Musée du Léman fait de la place à la saga Piccard

Nouvelle exposition permanente dès le 26 janvier 2011 Le Musée (...)

Nouvelle exposition permanente
dès le 26 janvier 2011

Le Musée du Léman, à Nyon, dépositaire du fonds d’archives de Auguste et Jacques Piccard, a décidé de renouveler l’espace d’exposition permanente qu’il consacrait déjà à cette illustre famille de chercheurs, inventeurs et explorateurs des hauteurs du ciel et des eaux profondes. Il offre désormais à ses visiteurs l’occasion de découvrir d’un peu plus près leur aventure aéronautique et subaquatique.

JPEG - 4.7 ko
Le bathyscaphe ’Trieste’,
avant sa plongée
dans la fosse des Mariannes
©Official photograph US Navy

La saga de trois générations de Piccard est intimement liée aux engins, ballons et sous-marins, qu’ils ont conçus et menés dans des expériences exceptionnelles. Quelques faits et dates pour mémoire : en 1931, Auguste Piccard, avec le ballon FNRS et sa cabine étanche pressurisée, est le premier à pénétrer dans la stratosphère ; plus tard, il conçoit un engin autonome d’exploration des grandes profondeurs marines, le bathyscaphe, dont le second modèle, baptisé Trieste et emmené conjointement par son fils Jacques et un militaire américain Don Walsh, atteindra en 1960 la cote record de 10’916 mètres dans l’océan Pacifique ; son petit-fils, Bertrand Piccard, effectuera en 1999, avec le pilote britannique Brian Jones, le premier tour en ballon sans escale à bord du Breitling Orbiter 3.

JPEG - 7.7 ko
Le mésoscaphe
’Auguste Piccard’
lors de son baptême
le 22 juillet 1964
au large d’Ouchy
© ML / Fonds Auguste
et Jacques Piccard

Afin de recréer l’atmosphère de recherche des Piccard, le Musée du Léman retrace l’histoire de la conception de ces engins extraordinaires et présente, notamment, des reconstitutions à l’échelle 1:1 de la cabine du Trieste et d’un segment du mésoscaphe Auguste Piccard, célèbre attraction touristique de l’Exposition nationale suisse de 1964 à Lausanne.

Le fonds d’archives Auguste et Jacques Piccard, dont le Musée du Léman est dépositaire et qui est en cours de dépouillement, d’archivage et de classification, constitue un fabuleux héritage à valoriser et qui comprend, à l’heure actuelle, pas moins de 1’900 plans de sous-marins ou autres engins, 9’000 photographies, 700 films et cassettes vidéo, 2’000 imprimés, 500 objets et plus de 100 classeurs d’archives. (Informations Musée du Léman)




Infos complémentaires

JPEG - 5.9 ko

- Pour en savoir plus :
site du Musée du Léman

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information