AccueilRessourcesDans les livres

mars 2016.

Lac Léman – Petite mer des Alpes

Revue L’Alpe – N°72 – Printemps 2016 "Miroir des montagnes, traversé (...)

Revue L’Alpe – N°72 – Printemps 2016

"Miroir des montagnes, traversé par le Rhône, le plus grand lac des Alpes est aussi un vivier humain où s’imbriquent très fortement nature et culture"

En dix articles et 80 pages, ce nouveau numéro de L’Alpe – magazine trimestriel français publié depuis 1998 par l’éditeur grenoblois Jacques Glénat – s’en va à la quête de quelques-uns des savoir-faire, savoir-vivre et autres traits culturels partagés par les riverains de ce grand lac frontalier.

Un "lac pluriel" "tour à tour alpin et méditerranéen, domestiqué et sauvage, montagnard et urbain, existant pour lui-même puis habité. Par la littérature, la musique et la peinture. Par les hommes aussi."

Un "océan de poche" qui au fil des siècles, profitant de sa position centrale et de ses conditions climatiques plaisantes, "va s’imposer comme un lieu de villégiature international et jouer un rôle de premier ordre sur l’échiquier géopolitique international. Un carrefour des hommes et des idées."

Une invitation à la "belle plaisance" comme en ont témoigné dès le XVIIe siècle d’innombrables fêtes de la navigation mettant en exergue "un immense plan d’eau, des vents favorables, une élite riche, un réseau de corporations, et surtout l’envie, partagée par beaucoup, de s’amuser".

Une "frontière liquide" entre France et Suisse et traversée chaque jour par des "transfrontaliers qui prennent le bateau comme d’autres le métro et sont, le temps de la traversée, dans un entre-deux. Ni tout à fait là et déjà ailleurs."

Mais aussi un patrimoine matériel et immatériel valorisé à Nyon par un Musée du Léman qui prépare son agrandissement et sa "nouvelle enveloppe", un espace mis en lumière sur les écrans par un Jean-Luc Godard qui traite le lac "non comme un décor mais comme un personnage", voire même un laboratoire aquatique où toutes sortes d’inventeurs ont testé les moyens de transport les plus inattendus, dont le célèbre mésoscaphe de Jacques Piccard.

Sans oublier que pendant longtemps, dès le Moyen Âge jusque vers le milieu du XXe siècle, le Léman a servi de terrain de chasse aux oiseaux – pan et … plouf ! – et que beaucoup plus loin encore, à six reprises au moins, le lac a été secoué par des tsunamis dont il subsisterait un très faible risque de récidive. De là à conclure qu’il faudrait aujourd’hui s’en tenir à distance, ce n’est en tout cas pas le propos - bien au contraire - de ce magazine dédié à la "petite mer des Alpes". (bw)




Infos complémentaires

JPEG - 58 ko

Lac Léman
Petite mer des Alpes

L’Alpe N° 72

printemps 2016
Éditions Glénat
Grenoble (France)
www.lalpe.com

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information