AccueilInfosOn en parle

14 septembre 2015.

La diplomatie suisse veut faire de l’accès à l’eau un outil de promotion de la paix

Didier Burkhalter, ministre suisse des affaires étrangères, a (...)

Didier Burkhalter, ministre suisse des affaires étrangères, a incité les pays de l’Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE) à s’engager afin que « l’accès à l’eau devienne un instrument de promotion de la paix plutôt qu’une source de conflit ». Il a en même temps annoncé l’adoption par la Suisse d’un programme de politique étrangère définissant le cadre et les modalités de ses engagements et de ses contributions pour faire du domaine de l’eau un moyen de renforcer la coopération et la sécurité internationales.

Participant à Prague au Forum économique et environnemental de l’OSCE, Didier Burkhalter est revenu en détail sur les positions suisses concernant les questions relatives à la gestion de l’eau et à ses impacts sur la sécurité, thèmes qu’il a déjà abordés à plusieurs reprises dans des forums internationaux, notamment aux Nations Unies.

"L’eau est au cœur du développement durable, rappelle-t-il. Mais l’eau n’est pas simplement un problème de développement. C’est aussi un problème de sécurité. La concurrence autour de l’eau peut entraîner ou alimenter des conflits. Ici aussi, le changement climatique peut aggraver les risques de conflits liés à l’eau, puisqu’il a des impacts sur les variations de la distribution et de la disponibilité des ressources en eau."

Ce constat posé, le chef de la diplomatie suisse a l’intime conviction que l’eau peut être aussi une puissante source de coopération, même dans les circonstances des plus difficiles. C’est pourquoi cette ressource doit prioritairement faire partie des stratégies visant à promouvoir la paix et la sécurité internationales.

Il rappelle à son auditoire que depuis 2009, la Suisse s’est fortement engagée sur plusieurs continents dans ce qu’il est convenu d’appeler la "diplomatie bleue" (ou hydro-diplomatie) : elle soutient par exemple des projets de renforcement des mécanismes de gouvernance et de gestion dans pas moins de dix-sept bassins fluviaux transfrontaliers, y compris dans le grand Moyen-Orient ; elle a nommé un émissaire spécial en Asie centrale chargé de faciliter le dialogue entre les gouvernements pour la mise en place d’une meilleure gestion régionale des ressources en eau ; et elle s’apprête à lancer très prochainement à Genève un Groupe de haut niveau mondial sur l’eau et la paix qui travaillera en étroite collaboration avec les Nations Unies.

Ces divers engagements, et d’autres encore, figurent désormais dans un document – "Eau et sécurité -Lignes d’action" – dans lequel le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) définit sa feuille de route en la matière, son argumentation politique et les instruments qu’il entend mettre en œuvre aux niveaux bilatéral et multilatéral. (Source : DFAE)



Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information