AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2007

10 février 2007.

La Présidente de la Confédération suisse inaugure une station d’eau potable à Aceh

Micheline Calmy-Rey, Présidente de la Confédération et Ministre (...)

Micheline Calmy-Rey, Présidente de la Confédération et Ministre suisse des affaires étrangères, a clos son périple diplomatique en Asie du Sud-Est par l’inauguration d’une station de traitement d’eau potable dans la province indonésienne d’Aceh, sur l’île de Sumatra. Cette infrastructure, très gravement endommagée et rendue quasiment inexploitable lors de la catastrophe du tsunami de décembre 2004, a été reconstruite à l’aide de fonds suisses publics et privés.

La nouvelle installation de traitement de Lambaro, à Banda Aceh, alimentée par l’eau du fleuve et l’aménagement d’une source, pourra produire chaque jour 43’000 m3, soit l’équivalent de quelque 150 litres d’eau potable pour 290’000 habitants. Ce projet a été coordonné par la Direction du développement et de la coopération suisse (DDC), laquelle s’est par ailleurs engagée avec les autorités de la ville à assurer ensemble la pérennité de l’installation.

L’installation d’alimentation en eau potable, construite en 21 mois, se distingue par une technologie moderne qui nécessite une maintenance réduite. La conception antisismique de l’édifice, la formation du personnel, le recours au savoir-faire local et international, ainsi que la garantie d’un suivi pendant les cinq prochaines années remplissent toutes les exigences de durabilité. En outre, l’installation pourra toujours être intégrée à un concept plus global de distribution d’eau à Banda Aceh.

Les coûts de la remise en état de la station de Lambaro se montent à 4 millions de francs suisses. Le financement de cette réhabilitation a été réalisé en grande partie à l’aide de dons privés (55%) réunis par la Chaîne du Bonheur (organisme de solidarité s’appuyant principalement sur l’action de médias suisses) et la Croix-Rouge suisse (15 %), avec le soutien de la DDC (25%) pour la partie technique.

(Sources : Département fédéral des affaires étrangères et Chaîne du Bonheur).


- Banda Aceh, après le tsunami : quelle eau potable ? - Témoignage d’un expert suisse à son retour d’Indonésie - Publié par aqueduc.info le 28 février 2005


- Fiche technique sur la réhabilitation de la station de traitement de l’eau potable de Lambaro, à télécharger sur le site de la DDC
- Site de la Chaîne du Bonheur : www.bonheur.ch




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information