AccueilInfosOn en parle

1er juillet 2019.

La France clôt une année d’Assises de l’Eau

"On ne peut plus vivre, consommer et gérer aujourd’hui nos (...)

"On ne peut plus vivre, consommer et gérer aujourd’hui nos ressources comme nous le faisions auparavant : il nous faut intégrer qu’elles ne sont pas inépuisables." : paroles du ministre français de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, mettant un terme à des Assises de l’eau voulues par le président Emmanuel Macron et qui auront duré un peu plus d’une année.

Après une première séquence allant de mai en août 2018 et consacrée aux services publics d’eau et d’assainissement [1], la seconde phase lancée en novembre était dédiée au grand cycle de l’eau, et plus particulièrement à l’enjeu de l’adaptation des territoires au dérèglement climatique qui pourrait se traduire d’ici un demi-siècle par une baisse de 10 à 40% des débits moyens des cours d’eau.

Cette seconde séquence des Assises de l’eau, officiellement close le 1er juillet 2019, reposait sur une concertation des différents acteurs de l’eau : collectivités territoriales, entreprises, organisations professionnelles agricoles, associations de protection de la nature, associations de consommateurs, instituts de recherche, etc.

En sont ressortis trois objectifs prioritaires :
- Protéger les captages d’eau potable pour garantir une eau de qualité à la source et limiter l’utilisation de traitements avant sa distribution.
- Économiser l’eau et changer les comportements des usagers pour que chacun puisse continuer d’avoir accès à cette ressource vitale dans les années à venir.
- Préserver les rivières et les milieux humides qui jouent un rôle majeur dans la régulation du climat en protégeant les populations contre les crues et les sécheresses.

Pour répondre à ces ambitions, le Gouvernement souhaite
- donner davantage de moyens aux collectivités locales,
- développer sur l’ensemble du territoire de nouveaux outils de gestion de l’eau et de conciliation des différents usages,
- et favoriser les changements de comportement par une communication adaptée vers les citoyens et les acteurs économiques.

Cela passe par une bonne vingtaine de mesures à mettre en œuvre parmi lesquelles des tarifications incitatives pour favoriser les économies d’eau, la réutilisation des eaux non conventionnelles (telles les eaux usées traitées et les eaux de pluie), le recours à des solutions fondées sur la nature, sur la préservation et sur la restauration des écosystèmes, ou encore la simplification des procédures administratives et l’accès à des conditions d’emprunts avantageuses. Il est prévu que sur la période 2019-2024 les Agences de l’eau fournissent une aide de 5,1 milliards d’euros.

- Pour en savoir plus : voir le dossier
du Ministère français de la Transition écologique et solidaire



Notes

[1Voir l’article aqueduc.info Assises françaises de l’eau : fin de l’acte 1
du 29 août 2018.

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information