AccueilInfosOn en parle

12 juin 2015.

La Californie rogne les droits d’ancienneté pour l’accès à l’eau

En raison de la persistance de la sécheresse et du manque (...)

En raison de la persistance de la sécheresse et du manque croissant de ressources en eau, les autorités de l’État américain de Californie ont non seulement annoncé de nouvelles restrictions dans le domaine agricole, mais brisé aussi un véritable tabou : pour la première fois depuis une quarantaine d’années, les agriculteurs qui détiennent les sacro-saints droits d’ancienneté vieux de plus d’un siècle sont désormais également concernés par les mesures de rationnement.

La Commission de contrôle des ressources en eau de l’État de Californie (State Water Board) estime en effet que dans les bassins versants et le delta de San Joaquin et Sacramento il n’est actuellement plus possible, compte tenu du manque d’eau, de respecter les fameux droits d’ancienneté (senior rights) obtenus avant 1914.

Dans leur communiqué, les autorités californiennes prennent d’ailleurs le temps d’un bref rappel historique : dans cet État, le droit à l’eau est basé sur l’ancienneté et sur le principe de priorité accordé au premier venu (“first in time, first in right”). La pratique actuelle en matière d’accès à l’eau se réfère encore et toujours à des dispositions légales (The Water Commission Act) entrées en vigueur en 1914, faisant une nette distinction entre les propriétaires (seniors) qui se sont installés avant cette date et ceux (juniors) qui l’ont fait plus tard. Dans les périodes de sécheresse, lorsqu’il n’y a plus assez d’eau pour que tous les détenteurs de droits puissent s’approvisionner, ce sont d’abord les détenteurs de droits les plus récents qui doivent restreindre leurs prélèvements.

C’est ce que vient donc de décider l’Office des Eaux californien après avoir imposé des restrictions, en avril et mai, aux détenteurs de droits d’eau datant d’après 1914 : désormais et pour la première fois depuis 1977, les titulaires de droits datant de la période 1903-1914 – ils sont une bonne centaine - sont eux aussi interdits de prélèvement d’eaux de sources et d’eaux de surface et devront s’approvisionner dans des puits ou des stocks déjà constitués pour subvenir à leurs besoins d’irrigation ou d’élevage. Les infractions seront passibles d’amendes pouvant aller jusqu’à 1000 dollars par jour et 2500 dollars par acre-pied d’eau (environ 1200 mètres cubes) détourné illégalement, voire d’interdiction pure et simple ou de poursuites en justice.

Les titulaires de droits seniors, antérieurs à 1903, ne sont pour le moment pas directement concernés par les décisions du State Water Board, mais comme celui-ci réexamine la situation chaque semaine, il n’est pas impossible qu’ils fassent également d’ici quelques semaines l’objet de mesures d’économie d’eau.

Pour mémoire, le gouverneur de Californie avait déjà édicté en avril dernier des mesures urgentes afin de réduire d’un quart la consommation d’eau dans cet État où la sécheresse qui sévit depuis 4 ans est la plus sévère jamais enregistrée. (Source : State Water Board)

- Voir le communiqué du California’s State Water Resources Control Board




Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information