AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2006

26 septembre 2006.

L’état des rivières suisses s’est aggravé

Après une année d’observations menées par ses garde-rivières sous le (...)

Après une année d’observations menées par ses garde-rivières sous le label du projet "Riverwatch", le WWF suisse tire un premier bilan : le nombre d’interventions négatives effectuées dans les rivières et ruisseaux suisses s’est révélé plus élevé que celui des interventions positives. Le mouvement écologiste réclame donc un plus grand engagement en faveur de cours d’eaux vivants.

clinDurant une année, 400 garde-rivières - hommes et femmes bénévoles - ont observé pour le WWF les rivières et ruisseaux suisses. Les résultats de leurs observations illustrent de manière impressionnante les bouleversements subis par les cours d’eaux de ce pays. Constat résumé par Thomas Vellacott, responsable du département Programme du WWF : « Pour chaque kilomètre de rivière revitalisé, deux kilomètres sont détériorés ».

Les principales menaces qui pèsent aujourd’hui sur les rivières et les ruisseaux de Suisse sont les pollutions, le bétonnage et l’exploitation inappropriée des rives ainsi que l’alternance trop marquée entre les crues et les décrues dues à la production d’électricité (marnage). Le WWF attend des administrations et des politiciens, mais également des exploitants de centrales électriques et des agriculteurs, qu’ils fassent progresser la revitalisation des cours d’eaux.

Plus concrètement, il exige :

  • Une diminution du marnage pour qu’il atteigne des proportions soutenables pour le cours d’eau ;
  • Un entretien le plus proche possible de la nature, et incluant des zones tampons sans agriculture intensive ;
  • Un plan d’action national « Plus d’espace pour nos rivières » qui coordonne les efforts,
  • L’intégration de la population dès le début dans les projets de revitalisation,
  • La mise en place d’un fonds de renaturation permettant de financer de tels projets.

Andreas Knutti, directeur du projet Riverwatch, est persuadé que des cours d’eaux vivants sont bénéfiques, non seulement pour les animaux et les plantes, mais également pour les humains : « L’inondation de 2005 a montré que, là où les rivières et ruisseaux disposent d’assez de place, les dommages sont considérablement moins importants. »

Source : dossier de presse WWF




Infos complémentaires

: : Riverwatch

Le projet auquel le WWF suisse aimerait associer le grand public vise à rendre aux cours d’eau du pays leur aspect naturel et en améliorer la qualité écologique par le biais notamment des revitalisations. Il veut également promouvoir un entretien des cours d’eau et une utilisation de la force hydraulique conformes aux principes écologiques fondamentaux.

Après une phase d’observation et de documentation qui s’est déroulée de juillet 2005 à juin 2006, le WWF, dans une deuxième phase prévue jusqu’à fin 2007, souhaite mettre en œuvre une cinquantaine de projets d’améliorations et dix projets de revitalisation.

: : Lien utile

Le projet Riwerwatch sur le site du WWF Suisse

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information