AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2004

12 octobre 2004.

L’eau deux fois plus chère ? on a dit oui en Gruyère !

Le Conseil général (législatif) de Bulle, chef-lieu de la Gruyère, a (...)

Le Conseil général (législatif) de Bulle, chef-lieu de la Gruyère, a accepté à une très large majorité une hausse importante de leur eau potable. Dès janvier 2005, le prix du mètre cube passera de 0,75 à 1,30 franc suisse (soit environ 0,85 euros).

« Jusqu’à présent on a approvisionné à peu près 40’000 habitants, avec une seule source d’approvisionnement », a expliqué au journal régional de la Télévision romande Jean-Paul Glasson, syndic (maire) de la commune. « Un accident est vite arrivé. »

Pendant des décennies, Bulle ne disposait que d’une seule source d’approvisionnement située en montagne, à Charmey, dont le captage alimentait en eau potable toute la région, alors qu’en bas la plus importante nappe phréatique du canton n’était pas exploitée.

Ce n’est plus le cas depuis quelques semaines, puisqu’un captage fonctionne désormais dans la vallée, rendant disponible chaque minute une trentaine de m3 d’eau immédiatement consommable.

Pas question de privatiser

Cette sécurité a un prix : 17 millions de francs. Grâce à l’augmentation importante du prix de l’eau au robinet, Bulle pourra couvrir la moitié de ses coûts d’investissements. L’autre moitié viendra de l’indexation du prix de l’eau au coût de la vie.

Une nouvelle société, EauSud SA, a été chargée d’exploiter les deux captages. Elle entrera en fonction le 1er janvier. Dans un premier temps, elle sera contrôlée à 80% par Bulle et à 20% par un autre chef-lieu fribourgeois, Romont, qui devait encore avaliser la décision. Pas question d’ouvrir la porte au secteur privé. EauSud SA est, statutairement, propriété exclusive des collectivités publiques.

« C’est un trésor, dit encore Jean-Paul Glasson. C’est la raison pour laquelle nous faisons tout pour que les gens soient servis et pour que cela reste aussi en mains publiques. Tout est fait pour que cette société reste dans les mains des communes ou des associations de communes. »

JPEG - 8.4 ko
Quand le Salon Aqua-Bulle 2003 se présentait à Berne (photo Pierre Schwaller, lyoba.ch)

En avant vers la deuxième Aqua-Bulle

Bulle se veut d’ailleurs très active dans la réflexion sur les usages de l’eau. L’an dernier, elle avait abrité un grand Salon "Aqua Eau & Vie 2003" et organisé entre autres une série de conférences sur les problèmes de financement et de surveillance des réseaux d’approvisionnement en eau potable. Aqueduc.info s’en était d’ailleurs fait l’écho.

L’an prochain, des 8 au 12 juin, ses organisateurs ont décidé de donner à la deuxième édition de ce rendez-vous une orientation "plus pointue" en offrant aux professionnels et au grand public une véritable vitrine sur le thème de l’eau. (bw)


Sources : "La Liberté", Télévision suisse romande.

- Le site de la Ville de Bulle
- Aqua-Pro et Aqua-Vie 2005 à Bulle




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information