AccueilRessourcesDans les livres

décembre 2013.

L’Empreinte eau

Daniel Zimmer - Les faces cachées d’une ressource vitale Le (...)

Daniel Zimmer - Les faces cachées d’une ressource vitale

Le caractère limité de l’eau douce disponible est aujourd’hui une réalité incontestable et engage à revoir de toute urgence la manière d’estimer notre consommation d’eau. Apparu dans les dix dernières années, le concept d’empreinte eau s’inspire de la notion d’empreinte écologique et tente d’estimer l’intégralité des quantités d’eau dépensées.

Pour bien maîtriser notre empreinte eau individuelle, il faut tenir compte de notre consommation d’eau bleue ou verte locale (l’eau des réseaux ou de pluie) mais aussi de toute l’eau contenue virtuellement dans les produits que nous achetons et qui a été réellement consommée ailleurs, appelée eau virtuelle.

Sous cet angle inédit, plusieurs questions se posent désormais. Combien d’eau utilisons-nous exactement et quelle eau contribue à notre mode de vie ? Où se situent les gaspillages les plus importants d’eau ? Comment les réduire ? Le commerce de produits alimentaires peut-il être une solution à la crise mondiale de l’eau ? Comment l’eau est-elle aujourd’hui ou sera-t-elle demain un ingrédient à la fois des tensions géopolitiques de notre monde et de leurs solutions ? Grâce à une présentation des concepts et de leurs implications concrètes, ce livre ouvre des perspectives et propose de nouvelles solutions pour tenter de résoudre la crise de l’eau.
(Présentation de la page 4 de couverture)

Daniel Zimmer
L’Empreinte eau
Les faces cachées d’une ressource vitale
Éditions Charles Léopold Mayer
Paris, 2013, 211 pp.




Infos complémentaires

JPEG - 6.2 ko

Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information