AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2005

8 mars 2005.

Initiative populaire pour un monopole public de l’eau

Le 7 mars 2005, les partis de l’Alternative de gauche du Canton de (...)

Le 7 mars 2005, les partis de l’Alternative de gauche du Canton de Genève et plusieurs syndicats ont déposé 12’251 signatures à l’appui de leur initiative populaire cantonale "Eau-énergie : notre affaire - respect de la volonté populaire". Cette initiative constitutionnelle cantonale exige que l’approvisionnement et la distribution d’eau, de gaz et d’électricité soient un monopole public exercé par les Services industriels de Genève.

Le texte déposé par les promoteurs de cette initiative populaire propose une modification de l’article 158 de la Constitution cantonale genevoise qui devrait être soumise dans une année ou deux au verdict des citoyens.

Il stipule dans son premier alinéa que « L’approvisionnement et la distribution d’eau, de gaz et d’électricité sont un monopole public exercé par les Services industriels de Genève ».

Le second alinéa précise le statut de ces Services industriels, « établissement de droit public doté de la personnalité juridique », et qui ont pour but de fournir dans le canton de Genève l’eau, le gaz, l’électricité, de l’énergie thermique, ainsi que de traiter les déchets.

« Les Services industriels ont également pour tâches d’évacuer et de traiter les eaux polluées dans le cadre fixé par la loi : cette activité ne peut pas être sous-traitée à des tiers. Ils peuvent en outre développer des activités dans des domaines liés au but décrit ci-dessus, exercer leurs activités à l’extérieur du canton et fournir des prestations et des services en matière de télécommunications. »

A noter aussi qu’en avril, le Parti démocrate-chrétien genevois a déposé lui aussi un projet de loi sur l’eau visant à défendre quelques principes fondamentaux tels que « l’eau est patrimoine commun de l’humanité », « nul ne peut s’en déclarer propriétaire », l’État garantit l’accès à une eau potable à tous ».


Autres articles sur le même sujet dans aqueduc.info :
L’initiative "Énergie-Eau" va de l’avant (15 septembre 2005)
Les Genevois voteront séparément sur les monopoles publics de l’eau et de l’électricité (28 janvier 2006)




Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information