AccueilInfosOn en parle

22 mars 2011.

"Il est temps de gérer l’eau de pluie comme une vraie ressource"

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau 2011, trois associations (...)

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau 2011, trois associations engagées dans le domaine de la gestion de l’eau de pluie - l’Alliance internationale pour la gestion de l’eau de pluie (IRHA), l’American Rainwater Catchment Systems Association (ARCSA) et l’International Rainwater Catchment Systems Association (IRCSA) - ont publié une déclaration conjointe pour réclamer à la communauté internationale une rapide et meilleure gestion de cette ressource : cela permettra d’atténuer la surexploitation des nappes souterraines et des eaux de surface, de réduire l’impact des périodes de sécheresse et de diminuer le risque d’inondations en cas de fortes précipitations.

Ci-dessous : le texte intégral de cette déclaration qui a déjà recueilli une bonne trentaine de signatures d’ONG et d’institutions diverses.


POUR UNE MEILLEURE GESTION DE L’EAU DE PLUIE
Déclaration commune

Le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies affirme que l’accès à l’eau potable est un droit humain fondamental (*). Les gouvernements doivent désormais contribuer à fournir un approvisionnement régulier en eau potable, accessible et abordable, en quantité suffisante, pour 884 millions de personnes supplémentaires.

À l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, les organisations signataires de cette résolution souhaitent affirmer avec force que le moment est venu de cesser de négliger l’eau de pluie : elle doit être considérée comme un outil important pour minimiser les problèmes liés à l’eau.

- L’eau de pluie est une ressource précieuse qui est sous-utilisée. Sa collecte et son utilisation contribuent à relever les défis posés en termes d’eau potable, non potable, d’eau de pluie et d’énergie dans un contexte de changements climatiques et environnementaux.

- Au niveau local, la récupération de l’eau de pluie permet d’améliorer la sécurité de l’approvisionnement et apporte une solution pratique, efficace et peu coûteuse aux ménages et aux communautés pour avoir accès à l’eau. Partout dans le monde, l’infiltration, la collecte et le stockage des eaux pluviales offrent des avantages pour l’environnement, la faune et les humains, et améliore la disponibilité en eau pour l’industrie et l’agriculture.

- Il est temps que la récupération de l’eau de pluie soit adoptée et promue dans les plans de développement de toutes les agences gouvernementales dans le cadre de leurs stratégies de gestion intégrée des ressources en eau.

- Le concept de la bonne gestion des eaux pluviales - maximiser les bénéfices de la pluie comme une ressource vitale tout en minimisant les risques d’excès des variations pluviométriques – doit être largement introduit dans les écoles techniques et les universités, de sorte qu’il devienne un élément fondamental dans les domaines de l’urbanisme, de l’architecture et de l’agriculture.

(*) Conseil des Droits de l’Homme, Résolution A/HRC/15/L.14 du 30 septembre 2010


- En savoir plus sur le site de l’Alliance internationale pour la gestion de l’eau de pluie (IRHA) basée à Genève




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information