AccueilAlbums photos

novembre 2008.

Histoire d’eau au village de Songpèlsé (Burkina Faso)

Songpèlsé, au Burkina Faso, a désormais son château d’eau. Grâce aux (...)

Songpèlsé, au Burkina Faso, a désormais son château d’eau. Grâce aux femmes et à leur solidarité et leur persévérance. Images d’une installation très attendue.

Photos Bernard Béroud et Pierre-André Steffen
© IAS - Ingénieurs et Architectes Solidaires

- Lire l’article "À Songpèlsé, les femmes ont fait de l’eau toute une histoire"



Infos complémentaires

Données techniques sur le château d’eau de Songpèlsé

- Ouvrage en béton situé à quelques mètres du forage. Hauteur : 10 mètres.
- Contenance du réservoir : 20 mètres cubes. Un flotteur à contact bascule pour interrompre le pompage quand le réservoir est plein.
- 8 panneaux solaires de 125 Watts, soit 1’000 Wc au total, qui permettront de pomper en moyenne quelque 14 à 16 m3 d’eau par jour selon les saisons.
- Toutes les commandes électriques (contrôle de la pompe) et hydrauliques (vannes et compteurs d’eau) sont dans le local technique protégé situé sous le réservoir.
- Cote de la pompe dans le forage : 46 mètres
- Première mise en service : 11 novembre 2008.


- Forage réalisé en 2004 et financé par l’ONG Nouvelle Planète.
- Construction du château d’eau par un entrepreneur local et installation électro-solaire conçue et réalisée en 2008 par l’Association Ingénieurs et Architectes Solidaires, l’ensemble étant financé par un don privé.
- Tous les partenaires extérieurs de ce projet sont basés en Suisse.

Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information