AccueilInfosOn en parle

17 octobre 2006.

France : nouveau rapport sur l’état de l’environnement

L’Institut Français de l’Environnement (IFEN) publie son rapport (...)

L’Institut Français de l’Environnement (IFEN) publie son rapport "L’environnement en France" : cette quatrième édition propose des analyses permettant de comprendre les grandes évolutions de l’état de l’environnement et leurs conséquences. Prenant en compte les dimensions de développement durable, ce rapport expose les enjeux dans toute leur complexité et leur diversité. Il présente les pressions sur l’environnement, l’état des milieux et des territoires, les impacts subis par la société et les réponses apportées par celle-ci et les pouvoirs publics.

Dans le domaine de l’eau, le rapport de l’IFEN note par exemple que les mutations industrielles et les progrès technologiques ont contribué à limiter les rejets de l’industrie et sa consommation de ressources et que ses prélèvements en eau diminuent régulièrement depuis trois décennies.

De leur côté, les agriculteurs fractionnent de plus en plus les apports d’intrants afin de mieux adapter les besoins aux cultures. Depuis 1994, les doses d’engrais minéral azoté appliquées à l’hectare sont stables et celles de produits de protection des plantes diminuent.

Ce changement de pratiques commence à porter ses fruits : pour la première fois après trente ans de dégradation, les nitrates semblent globalement en voie de stabilisation dans les cours d’eau mais cette amélioration ne s’est pas encore répercutée dans les eaux souterraines. Les pesticides restent présents dans la plupart des cours d’eau et dans une grande partie des nappes. La pression de l’irrigation sur la ressource peut être localement importante. (Source : IFEN)

« L’environnement en France - Edition 2006 », sur le site de l’IFEN




Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information