AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2011

22 mars 2011.

France : appel aux usagers pour dresser une carte du prix de l’eau

Faire progresser la transparence sur le prix et la qualité du (...)

Faire progresser la transparence sur le prix et la qualité du service public de l’eau : c’est l’objectif d’une enquête publique inédite lancée conjointement par le magazine 60 millions de consommateurs et la fondation France Libertés. Usagers et consommateurs sont donc invités à répondre, via un site internet et facture d’eau en mains, à un questionnaire qui devrait permettre, en l’espace d’une année, de dessiner une cartographie nationale exhaustive : “ce que ni les collectivités ni les délégataires ne font, les citoyens le feront !”

Les 4 milliards de mètres cubes d’eau potable délivrés chaque année, expliquent les promoteurs de cette enquête, représentent une facture globale de 12 milliards d’euros. Le service de l’eau en France est un énorme marché, qui relève certes du service public, mais qui est souvent délégué à des prestataires privés, tels Suez, Veolia et autres Saur, et qui manque singulièrement de transparence en matière de tarification : “Comment expliquer que, du jour où il est mis en concurrence à l’occasion du renouvellement d’un contrat, un opérateur soit, comme par miracle, en mesure de baisser ses tarifs de 50 % pour conserver ce contrat ?”

Le magazine 60 millions de consommateurs et la fondation France Libertés estiment qu’une information claire et accessible à tous, et non seulement aux experts comptables, est une condition préalable à toute prise de décision dans ce domaine. Il y a urgence puisque de nombreuses collectivités seront prochainement appelées à se prononcer sur le renouvellement de nombreux contrats de gestion du service de l’eau qui arrivent à échéance.

Sur un site ad hoc - www.prixdeleau.fr - citoyens et collectivités sont invités à compléter une base d’informations qui regroupe les données publiques déjà disponibles, partager les données de base de leur facture d’eau (volumes d’eau consommée, tarifs pratiqués, noms des gestionnaires, etc.) et les valider via un processus précis protégeant les données personnelles. Les résultats de cette vaste enquête seront rendus publics le 22 mars 2012, à l’occasion de la journée mondiale de l’eau et en marge du 6e Forum Mondial de l’Eau prévu à ce moment-là à Marseille. (Source : 60 millions de consommateurs - France Libertés)




Infos complémentaires

JPEG - 7.9 ko

© kerry kay-smith - Fotolia.com


:: Verbatim

Aujourd’hui, 75% des communes françaises réfléchissent à leur service public de l’eau, parfois pour la première fois dans le cadre du renouvellement ou non de leur contrat de délégation (…) Notre ambition est de mobiliser les collectivités françaises grâce à l’élan citoyen pour diffuser les informations publiques nécessaires à l’opinion pour juger du bien fondé de la politique actuelle concernant la répartition de l’eau.
Danielle Mitterrand, présidente de France Libertés


L’eau du robinet n’est pas une banale marchandise que l’on achète comme n’importe quel produit ou service. Indispensable à la vie, c’est un bien commun qui n’a pas de prix, mais que l’on paye, et de plus en plus cher (...) Nous ne pouvons pas acheter l’eau potable en choisissant le meilleur rapport qualité-prix. Pour autant, nous avons besoin d’une information loyale, sur la qualité et sur le prix. À double titre : en tant qu’usagers consommateurs, donc payeurs et en tant que citoyens.
Marie Jeanne Husset, directrice du magazine ’60 millions de consommateurs’

Mots-clés

Glossaire

  • Ablution

    Dans le vocabulaire des religions, l’ablution est un rite de purification du corps, par immersion totale ou par aspersion, pratiqué individuellement ou collectivement dans des situations particulières, notamment après un contact avec des choses jugées impures ou avant un acte religieux comme la prière. Fréquente dans le judaïsme et l’Islam, mais aussi dans le bouddhisme, l’hindouisme et le shintoïsme, l’ablution rituelle a pratiquement disparu de la liturgie chrétienne.

Mot d’eau

  • Longer les fleuves

    « J’aimais les chemins en bordure des fleuves. Aller avec le courant de leur eau et sentir leur respiration au gré de la marche. Les fleuves vivaient. Ils avaient fait les villes. Au cours des dizaines de milliers d’années, ils avaient usé les montagnes, transporté les terres, comblé les mers, puis fait pousser les arbres. Depuis le début des temps, les villes leur appartenaient, et sans doute ne cesseront-elles jamais de leur appartenir. » (Haruki Murakami, "La course au mouton sauvage", 1982)


Contact Lettre d'information