AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2012

mars 2012.

Le Forum alternatif mondial de l’eau de Marseille

Parallèlement au Forum mondial de l’eau organisé dans la même ville (...)

Parallèlement au Forum mondial de l’eau organisé dans la même ville de Marseille du 14 au 17 mai, un collectif d’organisations régionales, nationales et internationales a organisé un forum social ayant pour objectif de replacer les débats sur l’eau à un niveau citoyen mondial.

Ce Forum alternatif mondial de l’eau (FAME) est à replacer dans la continuité de rencontres organisées précédemment autour des mêmes thématiques - notamment à Florence (2003), Genève (2005) Mexico (2006) et Istanbul (2009) - ainsi que d’ateliers tenus lors des forums sociaux de Porto Alegre, Caracas, Nairobi ou Belem.

Ce Forum se présentait aussi comme un lieu d’expression des luttes et des solidarités, des expériences et des initiatives, des idées et des alternatives pour "une gestion publique et participative, démocratique et transparente, sociale et écologique de la ressource eau".

Ses organisateurs estiment qu’il a été un immense succès populaire puisque, selon leurs décomptes, près de 5’000 personnes ont participé à ses différents événements, ateliers, séances plénières, controverses, etc. : "avec trente fois moins de moyens financiers mais sans doute un peu plus de convictions" [que le rendez-vous officiel], le FAME, disent-ils, a rempli son objectif.

Prenant acte de l’échec du Forum mondial de l’eau "placé sous la domination des marchands", le FAME appelle à la création d’un nouvel organisme international, placé sous l’égide de l’ONU, et propose l’organisation d’un nouveau forum en octobre 2014, car la crise mondiale de l’eau exige, sans attendre, un sommet légitime, transparent et responsable.

- En savoir plus sur le site fame2012.org


- Quelques-unes des diverses déclarations publiées pendant et après ce Forum alternatif mondial de l’eau peuvent être téléchargées ici :

PDF - 81 ko
FAME 2012 - Déclaration des participants
PDF - 35.9 ko
FAME 2012 - Déclaration des organisations africaines
PDF - 52 ko
FAME 2012 - Déclaration sur l’eau en Palestine


















Infos complémentaires

JPEG - 49.9 ko

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information