AccueilInfosOn en parle

6 juin 2008.

Fin des transports d’eau entre Marseille et Barcelone

Les pluies abondantes qui ont touché l’Espagne dans le courant du (...)

Les pluies abondantes qui ont touché l’Espagne dans le courant du mois de mai ont permis à la Catalogne de remonter son niveau de réserves d’eau de 25 à 60 %. Du coup le gouvernement espagnol a annulé les transferts d’eaux vers Barcelone qui avaient été décidés à la mi-avril. La Société des eaux de Marseille (SEM) a confirmé la fin de ses opérations avec la Catalogne alors que les contrats de fourniture conclus pour ces livraisons prévoyaient des transports jusqu’en août.

Entre le 19 mai et le 8 juin, la SEM a organisé six rotations de deux bateaux-citernes et livré 165.000 m3 d’eau potable à la capitale catalane. La société marseillaise a insisté sur le fait que cette opération "exceptionnelle", réalisée à la demande de la société Aguas de Barcelona (Agbar) qui distribue l’eau dans la capitale catalane, avait été menée à titre "d’opération de solidarité" et "loin de toute perspective commerciale".

Le 6 juin, le gouvernement espagnol avait également aboli le décret qui autorisait un mini transfert d’eau de l’Ebre vers l’agglomération barcelonaise. La ministre espagnole de l’environnement, Elena Espinosa, a cependant défendu l’idée d’un programme national pour la gestion des eaux et n’a pas exclu la possibilité de futurs transferts de la ressource entre différents bassins, à la condition qu’ils soient écologiquement, économiquement et socialement acceptables. Des conditions qui, à son avis, n’étaient pas remplies dans le cas du transfert d’eau entre l’Ebre et Barcelone. (Sources : agences)




Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information