AccueilInfosOn en parle

17 juin 2020.

Feu vert valaisan au barrage de Massongex-Bex sur le Rhône

Le Parlement valaisan a décidé à la quasi unanimité d’accorder à la (...)

Le Parlement valaisan a décidé à la quasi unanimité d’accorder à la société MBR SA une concession pour la construction dans le Chablais d’un barrage hydroélectrique au fil du Rhône. Avant d’être mis à l’enquête publique pour obtenir une autorisation de construire, ce projet a encore besoin du feu vert du Canton de Vaud qui est lui aussi riverain du périmètre de ce futur aménagement. Dans le meilleur des cas, la réalisation de ce barrage pourrait débuter en 2022 avec une mise en service agendée pour 2025.

JPEG - 75.2 ko
Ce projet de centrale hydroélectrique
prévoit une hauteur de chute d’environ 7,5 m
et un débit maximum de 220 m3/s
(Image virtuelle : MBR SA)
.

L’idée de mettre en valeur la déclivité du Rhône jusqu’au Léman pour produire de l’électricité remonte aux années 1980. À l’époque, la société Hydro-Rhône SA avait imaginé pouvoir construire dix barrages au fil du fleuve entre Chippis et le Bouveret. Il ne reste aujourd’hui de ce vaste programme qualifié parfois de pharaonique que le projet d’un seul et unique "palier" situé à la hauteur de Massongex (Valais) et de Bex (Vaud), légèrement en aval du défilé de Saint-Maurice. Cet endroit, selon les experts, présente les conditions de réalisation les plus favorables. En 2008, les Forces Motrices Valaisannes (FMV), la société Romande Energie et les Services industriels de Lausanne ont alors décidé de soutenir ce projet en partenariat et de le coordonner avec celui de la 3e correction du Rhône.

Compte tenu de la situation hydrographique de ce palier Massongex-Bex-Rhône (MBR), il sera possible d’utiliser une seconde fois l’eau déjà turbinée dans les grands aménagements hydroélectriques valaisans et rejetée ensuite dans le Rhône. Le turbinage de l’eau de ce barrage au fil de l’eau se faisant surtout durant l’hiver, c’est durant cette saison-là qu’il devrait produire environ 40% de son énergie. Son potentiel de production annuelle est estimé à quelque 80 millions de kilowattheures, soit la consommation annuelle d’électricité d’environ 20’000 ménages. On évalue à quelque 158 millions de francs suisses l’investissement total nécessaire à sa réalisation.

Au moment de la demande d’octroi de la concession en 2016, plusieurs associations écologistes avaient émis des avis négatifs et pointé du doigt par exemple le problème du charriage des graviers qui arrivent dans le delta du Rhône. Mais, de leur côté, les promoteurs du barrage ont prévu différents aménagements pour minimiser ses impacts négatifs, entre autres des mesures de reconstitution et de compensation sous forme de renaturations et de corridors biologiques ainsi que la création d’une passe à poissons. (Sources : État du Valais, MBR SA)

- En savoir plus sur le site du projet MBR.
- Lire aussi : L’exploitation hydroélectrique du Rhône, une histoire valaisanne méconnue, aqueduc.info, 6 décembre 2019.




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information