AccueilInfosAnnées précédentesAnnée 2012

19 janvier 2012.

En Suisse, plus d’habitants et moins de consommation d’eau

Les statistiques 2010 de la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et (...)

Les statistiques 2010 de la Société Suisse de l’Industrie du Gaz et des Eaux (SSIGE) montrent que la consommation d’eau est encore à la baisse (- 2,7%) tandis que le nombre d’habitants continue d’augmenter (+ 1,1%). La consommation totale a atteint 941 millions de mètres cubes par an, soit une consommation moyenne d’un peu plus de 300 litres par habitant et par jour alors qu’elle frôlait les 500 litres dans les années 1970.

La SSIGE - organisation faîtière des distributeurs suisses de gaz et d’eau - note que cette évolution n’est pas nouvelle. Jusque dans les années 1980, la consommation d’eau a augmenté parallèlement au nombre d’habitants. Puis la tendance s’est inversée comme l’indique le graphique ci-dessous.

JPEG - 45.4 ko
Evolution de la consommation d’eau moyenne (bleu foncé) et maximale (bleu clair) d’eau par habitant et par jour entre 1945 et 2010 (Graphisme SSIGE)

Trois raisons principales sont avancées pour expliquer cette baisse globale de consommation d’eau. D’abord, les entreprises grandes consommatrices de cette ressource ont disparu du paysage de l’économie suisse, parfois en délocalisant leur production à l’étranger, pour laisser la place au secteur des services.

Il y a ensuite, dans les usages domestiques notamment, l’effet positif de la multiplication de nouveaux appareils plus économes en eau, des lave-linge et lave-vaisselle aux douches et chasses d’eau.

Enfin les pertes d’eau ont fortement diminué : les distributeurs d’eau sont aujourd’hui équipés de technologies performantes pour contrôler systématiquement les réseaux d’approvisionnement et de distribution, ce qui leur permet de détecter rapidement les fuites et d’y porter remède sans attendre. On estime qu’au cours des 30 dernières années il a été ainsi possible de réduire les pertes d’eau de 80 à 40 litres par habitant et par jour. (Source : SSIGE)

- Vers le site de la SSIGE


(*) Les statistiques de la SSIGE concernant l’eau potable sont d’une grande importance pour la planification de l’approvisionnement en eau. Elles sont actuellement contenues dans un vaste fichier informatique comportant 330 rubriques et des données fournies par quelque 350 distributeurs dans des domaines aussi variés que le captage et les livraisons d’eau, les types de traitements appliqués, la longueur des réseaux, les ruptures de conduites, la consommation d’énergie, l’alimentation en eau des fontaines publiques et des piscines, le nombre d’abonnés aux réseaux, le personnel employé par le secteur de l’eau, le financement des installations, etc.




Infos complémentaires

LIVRAISON D’EAU
EN SUISSE
EN 2010

Total =
941 mio m3

JPEG - 3.6 ko

Ménages et
petit artisanat

59,6 %

JPEG - 3.4 ko

Artisanat
et industrie

19,1 %

JPEG - 3.2 ko

Services publics
et fontaines

5,5 %

JPEG - 3.3 ko

Consommation
2,5 %

JPEG - 3.6 ko

Pertes
13,3 %

(Estimations et
graphismes SSIGE)


FRAIS D’EXPLOITATION
DES SERVICES D’EAU
EN 2010

Total =
1,411 milliard CHF

Exploitation
et entretien

34,4 %
Amortissements
24,4%
Personnel
22,7%
Intérêts
4,7%
Autres
13,8%

(Estimations SSIGE)

Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information