AccueilInfosArrêts sur infos

18 décembre 2018.

Du plastique partout dans le Léman

50 tonnes de matières plastiques en tous genres arrivent chaque (...)

50 tonnes de matières plastiques en tous genres arrivent chaque année dans le Léman : une grande part de ces déchets s’accumule probablement dans les sédiments au fond du lac et 10 % partent dans le Rhône, ce qui n’est pas sans conséquences pour les écosystèmes et la santé des populations. Ces chiffres ressortent d’une étude publiée par l’Association pour la Sauvegarde du Léman (ASL) qui s’inquiète fortement de cette pollution des eaux de surface et qui a décidé d’organiser en 2019 un colloque d’experts pour tenter de stimuler des réponses locales aux questions posées par ce problème aujourd’hui d’ampleur planétaire.

JPEG - 274.2 ko
Il est très probable que les quantités de matières plastiques qui entrent dans le Léman sont
beaucoup plus importantes que celles qui en sortent et qu’une importante partie d’entre elles
sont piégées dans le fond du lac par sédimentation. (Fotolia / R.Carey)

Des études ont déjà été entreprises récemment pour tenter d’avoir une idée plus précise du degré de pollution des eaux du Léman par des déchets plastiques [1] L’Association pour la Sauvegarde du Léman (ASL) [2] a voulu en savoir plus et a mandaté un expert en sciences environnementales, Julien Boucher, pour modéliser les flux de plastiques dans le lac [3].

Cette approche, différente mais complémentaire des mesures de terrain, cherche elle aussi à évaluer les quantités de plastique rejetées annuellement dans le Léman, à identifier leur origine et à savoir ce qu’ils deviennent une fois arrivés dans le lac. Ici la méthode se base sur le cycle de vie des produits plastiques (production, transformation, utilisation, élimination) et sur l’analyse des pertes qui à chacune de ces étapes peuvent contaminer le milieu naturel et sont alors considérées comme finalement rejetées dans le lac.

Des déchets sauvages …

Selon cette étude et dans l’état actuel des connaissances scientifiques, la quantité totale moyenne de rejets plastiques dans le Léman est estimée à environ 50 tonnes par an, dont 20 % (10 tonnes) sont constitués de déchets sauvages. Une petite partie (de l’ordre de la tonne) de ces bouteilles, emballages, jouets et multiples autres objets est récupérée lors des opérations bénévoles de nettoyage des rives et des fonds littoraux.

Quant aux déchets non récoltés, on sait par plusieurs études qu’ils se fragmentent en morceaux de plastique plus petits (microplastiques et nanoplastiques) qui peuvent être ingérés par les animaux ou piégés dans les sédiments. [4].

… mais aussi beaucoup de poussières de pneus

C’est un peu la surprise de l’étude, du moins pour le profane : la part la plus importante de microplastiques dans les eaux du Léman proviendrait de l’usure des pneus : leurs poussières contamineraient l’environnement par les retombées atmosphériques et par les eaux de ruissellement. D’après la modélisation réalisée par Julien Boucher, le lac en recevrait ainsi chaque année quelque 30 tonnes, c’est-à-dire 60% des apports totaux. Prudence toutefois : ce chiffre n’a pas pu être corroboré par des analyses de terrain, car la taille de ces poussières est inférieure à la maille de l’outil particulier (le filet Manta) habituellement utilisé par les scientifiques pour la capture et la mesure de déchets plastiques.

Parmi les autres sources de pollution plastique qui alourdissent le bilan, on note principalement des déchets liés à la construction, des fibres textiles détachées des vêtements lors du lavage en machine, ou encore des microbilles intégrées dans les cosmétiques.

Enfin, lit-on dans le document publié par l’ASL, les chercheurs estiment que seulement 10 % des plastiques déversés dans le Léman seraient emportés vers l’aval par le Rhône à Genève : "cela signifierait donc que la plus grande partie des plastiques arrivant dans le lac y serait piégée, celui-ci fonctionnant, on pouvait s’y attendre, comme un bassin de décantation".

Un colloque en 2019
pour trouver des réponses

Cette étude, conclut l’ASL, met en évidence la complexité de la problématique et l’urgence qu’il y a à agir. Elle souhaite aller de l’avant dans l’amélioration des connaissances et la recherche de solutions et elle a pour cela décidé de réunir en 2019 des représentants des secteurs publics et privés, des chercheurs et des acteurs de terrain. Ce colloque, dont la date n’est pas encore fixée précisément, aura pour ambition "de mettre en évidence les lacunes en termes de connaissances scientifiques, de proposer des pistes de recherches, voire des projets d’études, de trouver leur financement, d’orienter la législation et également de sensibiliser le grand public à cette thématique dont on parle de plus en plus mais dont on ne connaît presque rien". (Source : ASL)




Notes

[2L’Association pour la Sauvegarde du Léman (ASL), fondée en 1980, est une association franco-suisse qui a pour but de sauvegarder durablement la qualité des eaux de tout le bassin lémanique, le lac et ses rivières. Basée à Genève, elle compte actuellement quelque 4000 membres et publie une revue trimestrielle : "Lémaniques" dont le numéro de décembre 2018 est précisément consacré à la pollution du Léman par les plastiques.

[3Un article sur cette étude complète de Julien Boucher doit paraître prochainement dans la revue scientifique Trends in Analytical Chemistry.

[4Les macroplastiques (plus de 5 mm) peuvent être ingérés par les animaux et causer leur mort par étouffement et par sensation de rassasiement. Des recherches de l’EPFL ont montré que près de 10% des poissons du Léman avaient des microplastiques (entre 5 et 0,001 mm) dans leur tube digestif. L’impact des nanoplastiques (moins de 0,001 mm) sur la chaîne alimentaire est encore mal connu, cependant une récente étude autrichienne en a décelé dans des excréments humains (Information extraite de "Lémaniques").

Mots-clés

Glossaire

  • Aquaponie

    Mode de production alimentaire qui conjugue la culture de plantes (hors-sol) et celle d’animaux aquatiques (aquaculture) dans un système de recirculation. Cette méthode, économe en eau, utilise les déchets de poissons comme solution nutritive organique pour cultiver des légumes. L’aquaponie permet de produire des aliments riches en protéines. Elle peut être pratiquée dans de petites unités domestiques comme dans de grandes surfaces à but commercial, en eaux douces comme en eaux saumâtres (Source : FAO).

Mot d’eau

  • Entre la ressource et la source, comment dire l’eau avec justesse ?

    " Entre l’expérimentation du chimiste qui dit clairement la composition de l’eau mais en oublie l’usage, et l’expérience des usagers qui en vivent les troubles, les dangers et les surprises, y a-t-il une place pour une épreuve de soi et du monde qui dise l’eau au lieu de ne faire qu’en parler ? " (Jean-Philippe Pierron, "La Poétique de l’eau")


Contact Lettre d'information