AccueilInfosOn en parle

19 juillet 2008.

Chypre confrontée à une très grave sécheresse

Si la Méditerranée semble l’une des régions très concernées par les (...)

Si la Méditerranée semble l’une des régions très concernées par les changements climatiques, l’île de Chypre y est peut-être le territoire actuellement le plus touché : avec des réserves d’eau nettement inférieures à 10% de leurs capacités, les Chypriotes doivent faire face à l’une des pires sécheresses de leur histoire contemporaine. La décision de réduire la distribution d’eau par des coupures régulières ne suffit plus à couvrir les besoins de l’île. Tant du côté de la République chypriote que de celui de la République turque de Chypre du Nord (pas reconnue sur le plan international), on s’efforce de trouver non sans peine des solutions à plus ou moins long terme.

Le gouvernement de la République chypriote a ainsi signé un contrat avec une compagnie maritime pour transporter huit millions de m3 d’eau depuis la Grèce, c’est-à-dire la moitié des besoins annuels de l’île. Coût de l’opération : 40 millions d’euros et plus, pour 200 approvisionnements prévus jusqu’en novembre.

Mais les autorités chypriotes ont déjà eu deux très mauvaises surprises : d’abord, l’aqueduc sous-marin aménagé pour le déchargement des tankers s’est révélé trop court de quelques mètres, une erreur qui a empêché la livraison des premiers 50’000 m3 d’eau ; ensuite, 15 jours d’attente du premier cargo au large de Limassol et sous le soleil ont fait que l’eau de bonne qualité chargée en Grèce s’est peu à peu détériorée et ne pourra pas être injectée dans les réseaux de distribution pour cause d’odeur nauséabonde.

À plus long terme, les Chypriotes devront augmenter leurs capacités de stockage (l’île compte actuellement une centaine de barrages et de retenues d’eau) et finaliser rapidement le projet de construction d’une troisième usine de dessalement.

Du côté de Chypre du Nord, les besoins en eau potable sont partiellement couverts par la Turquie grâce à d’énormes ballons en fibres de plastique qui traversent la Méditerranée. Mais, depuis quelques années, existe un projet latent de construction d’un pipeline en polyéthylène entre la Turquie et la partie nord de l’île, d’une longueur de quelque 110 km, dont les trois quarts immergés, d’une capacité annuelle de transport d’environ 75 millions m3 d’eau douce. Le gouvernement turc a récemment fait savoir qu’il espérait mener à terme ce projet au plus tard en 2012. (Source : agences)




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information