AccueilInfosOn en parle

4 novembre 2009.

Californie : 11 milliards de dollars pour réformer le secteur de l’eau

Après de longs mois de débats et de controverses, les (...)

Après de longs mois de débats et de controverses, les parlementaires californiens se sont mis finalement d’accord sur un paquet de six projets de loi pour le réaménagement des infrastructures obsolètes en matière de gestion d’eau et pour sortir le grand État de l’Ouest américain de ses pénuries chroniques. Mais ce sont les électeurs qui auront le dernier mot et qui devront dire s’ils acceptent ou non cette très ambitieuse réforme du secteur de l’eau.

L’accord a été salué comme il se doit par le gouverneur Arnold Schwarzenegger qui en avait fait une priorité absolue au point de menacer d’opposer son veto à des centaines d’autres projets de lois en tous genres si les débats parlementaires continuaient de s’enliser : « démocrates et républicains, dit-il, ont trouvé un terrain d’entente sur l’une des questions les plus complexes de notre histoire ».

Il est prévu de faire des économies d’eau sur l’ensemble du territoire californien, les villes devront réduire leur consommation de 20 % au cours de la prochaine décennie, l’État va procéder (enfin) à des mesures régulières des réserves d’eau souterraine.

Pour financer l’ensemble des projets, un fonds de garantie de 11 milliards de dollars sera constitué pour la construction de nouveaux barrages, de réservoirs et autres aménagements hydrauliques. Mais, pour devenir réalité, cette enveloppe financière devra donc préalablement recevoir l’aval des électeurs. Ce qui n’est pas acquis d’office alors que les budgets publics passent par une période de restrictions.

De plus, le paquet de mesures proposées est le résultat de divers compromis qui ne satisfait pas tout le monde. L’agriculture, qui prélève 80 % des ressources en eau de l’État, ne sera pas vraiment contrainte de faire des économies. La Californie continuera également de fermer les yeux sur les détournements d’eau illégaux. Et la construction de nouveaux barrages, par ailleurs fort coûteux, pose question en matière de protection de l’environnement. Mais, par exemple, les cultivateurs du delta de San Joaquin, véritable jardin de la Californie, ont averti que le refus de nouveaux grands aménagements hydrauliques mettrait leur production en grave péril. (Source : presse californienne)

-  2009 Comprehensive Water Package
sur le site du Gouverneur de Californie




Mots-clés

Glossaire

  • Eau potable

    La législation suisse sur les denrées alimentaires définit l’eau potable comme une "eau naturelle ou traitée qui convient à la consommation, à la cuisson d’aliments, à la préparation de mets et au nettoyage d’objets entrant en contact avec les denrées alimentaires". Cette eau doit être "salubre sur les plans microbiologique, chimique et physique". La loi définit de manière précise les exigences de qualité auxquelles elle doit satisfaire en tout temps et les concentrations maximales admissibles de diverses substances.

Mot d’eau

  • Eaux de source

    "Rosette témoigna, pour apaiser sa soif, le désir de boire aussi de cette eau, et me pria de lui en apporter quelques gouttes, n’osant pas, disait-elle, se pencher autant qu’il le fallait pour y atteindre. Je plongeai mes deux mains aussi exactement jointes que possible dans la claire fontaine, ensuite je les haussai comme une coupe jusqu’aux lèvres de Rosette, et je les tins ainsi jusqu’à ce qu’elle eût tari l’eau qu’elles renfermaient, ce qui ne fut pas long, car il y en avait fort peu, et ce peu dégouttait à travers mes doigts, si serrés que je les tinsse." (Théophile Gauthier, "Mademoiselle de Maupin", (...)

Mot d’eau

  • « Le fleuve me hantait »

    "La proximité de sa grandeur réveillait en moi une antique terreur des eaux qui, en présence des rivières et des fleuves, même vus du rivage, me tourmente l’âme. La fluidité des eaux fluviales, lentes ou rapides, me trouble, où je décèle un monde à demi visible de formes fugitives qui tentent et parfois fascinent l’âme inattentive. Ce sont des êtres sinueux et insinuants que les fleuves et les rivières, même farouches." (Henri Bosco, "Malicroix", 1948)


Contact Lettre d'information