AccueilRessourcesDans les livres

juillet 2014.

90 clés pour comprendre les eaux souterraines

Jean Margat, Thierry Ruf "Parce qu’elles sont invisibles, (...)

Jean Margat, Thierry Ruf

"Parce qu’elles sont invisibles, associées aux mystères du monde souterrain et qu’elles se manifestent seulement par les sources, les puits et les fonds de quelques cavernes, les eaux souterraines sont les eaux de la nature les plus sujettes à questionnements et idées reçues : sur leur origine, l’art de les détecter, de les atteindre et de les extraire, leur disponibilité, leurs vertus et leurs défauts. Y répondre est l’ambition de ce livre écrit sous l’angle des sciences de l’environnement et des sciences humaines. Il s’adresse aux curieux comme aux étudiants, à tous ceux désireux d’en savoir plus sur ce vaste sujet". (Extrait de la préface)

Ses auteurs ont regroupé les 90 questions dans quatre parties qui reflètent les caractères de l’eau souterraine et les façons dont les sociétés humaines se la représentent, la comprennent, l’emploient et n’en mesurent pas tous les risques.

  • L’eau invisible
  • L’eau active
  • L’eau utile
  • L’eau fragile.

Dans chaque partie, les questions sont formulées de manière simple et les réponses font appel aux connaissances actuelles dans différents domaines telles les sciences de l’eau, l’histoire et la géographie, l’écologie et l’agronomie, la sociologie, l’économie et les sciences politiques.


Jean Margat, Thierry Ruf
90 clés pour comprendre les eaux souterraines
Collection "Clés pour comprendre"
Éditions Quae, Versailles (France), 2014, 152 pp.



Infos complémentaires

JPEG - 55 ko

Mots-clés

Mot d’eau

  • Contempler l’eau

    “Je ne connais pas d’occupation plus totale de soi que de contempler l’eau, surtout l’eau mi-morte. À la fois plaisir et souffrance, divertissement de chaque minute et ennui compact des heures, plénitude et vide ; on vit avec une profonde et sourde intensité en même temps qu’on se détache et s’oublie, on se pétrit et on se délite dans une contradiction dont on ne cherche pas la clé, et il y en a certainement une, mais inutile. À quoi bon comprendre ?” (Alexandre Arnoux, “Rhône, mon fleuve”, 1967)

Glossaire

  • Porosité, perméabilité

    Les deux mots ne doivent pas être confondus car une roche poreuse (un grès par exemple) peut être perméable ou imperméable. On parle de la porosité d’un milieu, d’un sol ou d’une roche lorsqu’ils comportent des pores, c’est-à-dire des vides et des interstices de petite taille parfois microscopique. Le calcul de la porosité permet d’évaluer la capacité de stockage d’un milieu. On parle de perméabilité d’un milieu lorsqu’il est apte non seulement à se laisser pénétrer par un fluide, mais également à être complètement traversé par lui.


Contact Lettre d'information